Trois hommes sur un toit

Trois hommes sur un toit

Quatrième de couverture

Écoute vieux
tu peux faire le chef tant que tu veux mais
épargne-nous les discours qui vont avec
et ta philosophie à deux balles
et oui tu as raison je ferais mieux
de me jeter dans cette boue grise
et molle qui a avalé le monde
le problème c'est qu'il me faudrait pour ça
un courage que je n'ai pas

Sotie ou comédie politique autour des derniers événements de l'histoire du monde, cette pièce de Jean-Pierre Siméon est tissée autour de trois personnages, prototypes de notre temps : Volonté de Pouvoir, Amour Naïf et Coeur Fourbu.

Jean-Pierre Siméon

Poète, romancier, dramaturge, critique, Jean-Pierre Siméon est né en 1950 à Paris. Il a fondé avec Christian Schiaretti le festival Les Langagières à Reims et est désormais «poète associé» au Théâtre National Populaire de Villeurbanne. Il est l'auteur de nombreux recueils de poésie, de romans, de livres pour la jeunesse, et a publié au Solitaires Intempestifs dix-sept pièces de théâtre ainsi que des essais et des traductions de l'anglais et de l'allemand. En 2013 sont publiés une première sélection de ses pièces dans la collection «Œuvres choisies» ainsi que la réédition de Stabat Mater Furiosa dans la collection «Classiques contemporains». Son oeuvre a été récompensée de nombreux prix, parmi lesquels le prix Antonin Artaud en 1984 et le prix Max Jacob en 2006.

Extrait de Trois hommes sur un toit

MAURICE. - Elle monte

LE CHEF. - Non

MAURICE. - Si elle monte

LE CHEF. - Non je te dis regarde la branche

MAURICE. - Quelle branche ?

PROF. - Non mais cette branche là devant tes yeux depuis trois jours la branche elle est là devant tes yeux la même là qui hoquette sur l'eau qui tient sa feuille au-dessus du remous comme pour narguer hein

LE CHEF. - Laisse il ne voit rien

MAURICE. - Si je vois je ne fais que voir depuis trois jours les corps les troncs les choses l'eau grise avalée par l'eau grise le ciel bouffé par la boue la marque de boue sur le visage des morts

PROF. - Mais tu ne vois pas ce qui compte ce qui a un sens je veux dire ce qui pourrait nous être utile l'autre hier tu ne l'as pas vu

MAURICE. - Si je l'ai vu il nous avait vus aussi lui aussi et alors je n'ai rien dit pourquoi je n'ai rien dit ?

LE CHEF. - Parce que tu dormais

MAURICE. - Parce que je savais qu'il ne pouvait rien qu'il n'avait pas de rames que ses bras et pas de forces pas même la force de lever la main vers nous faire signe dire vous existez j'ai vu je raconterai que je vous ai vus

PROF. - Laisse tu t'inventes une histoire il était trop loin pour savoir

LE CHEF. - Taisez-vous c'est inutile

PROF. - Pourquoi on se tairait ?

LE CHEF. - Parce que je l'ai dit

MAURICE. - Tu commandes hein c'est ça tu commandes ?

(...)