La mairie

La mairie

Quatrième de couverture

Comment les citoyens peuvent-ils agir sur leur cadre de vie ?

Au sein d'une ville, de nombreuses instances - conseils d'enfants, de jeunes, de quartiers -permettent aux habitants de tous les âges d'être associés aux décisions prises par le conseil municipal, et ainsi d'agir sur la politique menée dans leur commune.

Bien antérieure à la République, la commune demeure en effet l'échelon de base de notre démocratie : c'est l'espace territorial le plus en prise avec le quotidien des citoyens, et le maire est un élu de proximité en qui les électeurs placent une grande confiance.

À travers cet ouvrage précis et pédagogique, découvrez tous les enjeux liés à la vie de la cité et ayez ainsi toutes les clés en main pour exercer pleinement vos droits de citoyens.

Extrait de La mairie

Un peu d'histoire

Les origines
La vie municipale trouve ses racines dans l'Antiquité, en Grèce et à Rome; le «municipe» était une institution romaine relative à la cité.

Au Moyen Age
Aux Xe et XIe siècles, les villes connaissent un important essor à mesure que le commerce se développe. Dans un monde largement rural, où la vie des habitants est homogène, la ville offre des activités diverses, qui séduisent de plus en plus de paysans. Mais la ville ne trouve pas sa place dans l'organisation administrative et judiciaire des campagnes, et les seigneurs qui règnent alors voient d'un mauvais oeil ce développement et cherchent à imposer leur pouvoir de manière abusive.
Les habitants des villes commencent donc à s'organiser pour se défendre et affirmer leur indépendance. C'est ainsi que naissent les «communes», qui désignent alors les associations de commerçants et d'artisans, qui s'unissent en jurant de s'aider mutuellement.
C'est au moment du déclin du pouvoir des seigneurs et de l'octroi de privilèges aux villes qu'apparaît un nouvel édifice : l'hôtel de ville. C'est là en effet que la bourgeoisie établit le siège du gouvernement de la cité. En France, de nos jours, le terme «hôtel de ville» désigne le bâtiment qui abrite la mairie de la ville.

Vers une unification
Le mouvement prend de l'ampleur au fil des siècles. De plus en plus de communes apparaissent, coexistant avec les paroisses et les fiefs seigneuriaux.
La Révolution de 1789 unifie cette situation par une grande loi institutionnelle qui érige en communes «toutes les communautés d'habitants» existant à l'époque (paroisses, villages, bourgs, villes).
En 1790, après une délibération à Vandre, en Charentes, le terme «paroisse» est remplacé définitivement par celui de «commune». C'est en cette même année qu'ont lieu les premières élections municipales.
Le maire prête serment et cette cérémonie est rapportée dans un procès-verbal.
Le 20 septembre 1792, la Convention décide, dans sa lutte contre le clergé, que l'état* civil sera tenu par les corps municipaux.
Auparavant, baptêmes, mariages et décès étaient consignés dans le registre des paroisses.