L'Inde de demain : les Indiens face à la mondialisation

L'Inde de demain : les Indiens face à la mondialisation

Quatrième de couverture

D'innombrables livres ont été écrits sur la montée en puissance de l'Asie mais on trouve rarement dans ces récits généralistes la richesse de détails, les nuances que nous offre Akash Kapur dans L'Inde de demain.
Pour comprendre la métamorphose du pays de son enfance, il est parti à la rencontre d'Indiens de tous âges, de toutes classes sociales, dans les villes et les campagnes. Il a tiré de son voyage une mosaïque d'existences bouleversées par le développement économique et une description fascinante des grandes forces qui façonnent aujourd'hui notre monde. Il nous permet ainsi de comprendre la complexité de l'Inde moderne, mettant tout particulièrement l'accent sur sa population rurale, encore majoritaire. Au fil de scènes qui évoquent les écrits du grand R.K. Narayan, Kapur trace les portraits de fermiers, de pêcheurs et de villages entiers dont les modes de vie ancestraux s'effondrent, laissant place à un avenir incertain, aussi effrayant que riche de promesses.
Une lecture essentielle pour tous ceux qui s'intéressent à l'évolution de notre monde et au nouvel ordre global qui s'y dessine.

«Un document qui se lit comme un roman.»
Financial Times

«Perspicace, équilibré (...) une merveilleuse sensibilité»
The New York Times

«Impressionnant de lucidité et de profondeur (...) Fixant la lentille de son objectif sur quelques individus pris dans les millions de mouvements de révolte du pays, [Kapur] révèle les défis subtils qui accompagnent le progrès économique. Sa prose limpide, compatissante et impeccablement sculptée rappelle souvent l'esprit de V. S. Naipaul.»
Pico Iyer, magazine Time

«Kapur (...) est un ambassadeur de choix pour ce qui est de nous expliquer la dynamique de la métamorphose de l'Inde, et ce que cette nation pourrait devenir. Quiconque souhaite mieux comprendre l'Inde doit lire cet auteur.»
The Daily Beast («un essai à ne pas manquer»)

«Un livre fascinant qui décrit le côté obscur du boom économique - et toutes les opportunités qu'il crée.
Der Spiegei

«Éminemment lisible, un sens aigu de l'observation, une foule d'excellents personnages (...) Akash Kapur tord le cou au récit simpliste, «rose et joyeux», sur l'émergence de l'Inde nouvelle. Tant mieux, d'autant qu'il s'y prend très bien.»
The Economist

«On trouve de nombreuses qualités à ce magnifique portrait de l'Inde moderne. Le livre se lit comme un roman. Akash Kapur a beaucoup de talent pour faire parler ses personnages et inclure leurs histoires personnelles dans le débat forcément compliqué sur l'avenir de l'Inde.»
The Financial Times

«Superbement écrit.»
The Huffington Post

«La force du livre, c'est le talent de Kapur pour dépeindre des vies ébranlées, façonnées - et même perdues - par les furies du changement. Il rend compte des soupirs, des peines et des exaltations de ses personnages dans une langue à l'élégance et au rythme rares. Il est plus que témoin, avocat et chroniqueur, car lui aussi, il vit dans le naufrage du passé - et il affronte les caprices et les errances de la Nouvelle Inde avec une prose de qualité.»
India Today

«Kapur, diplômé de Harvard en anthropologie sociale, fixe son regard sur l'Inde des petites villes, des campagnes, surtout dans le sud si souvent négligé. Et dans une écriture aussi élégante que passionnante, il rend compte de l'ambivalence de l'époque, du pays et de ses citoyens.»
The Hindu

L'AUTEUR
De père indien et de mère américaine, Akash Kapur a passé son enfance et fait ses études en français à Pondichéry, ex-comptoir colonial français. Parti aux États-Unis à seize ans, il a poursuivi des études supérieures à Harvard. Il est revenu en Inde en 2003, dans l'espoir de participer à la phase de modernisation et de croissance si prometteuse qui s'y était amorcée. Il a trouvé un pays transformé plus profondément encore qu'il ne l'avait imaginé, jusque dans les fondements de sa société.

Extrait de L'Inde de demain : les Indiens face à la mondialisation

AVANT-PROPOS À L'ÉDITION FRANÇAISE

L'Inde dans laquelle j'ai entamé la rédaction de ce livre était très différente de l'Inde d'aujourd'hui. Lorsque j'ai conçu ce récit pour rendre compte du spectaculaire processus de transformation qui s'y opérait, le pays était d'humeur joyeuse. Et même : il exultait. Depuis peu, il avait enfin tourné le dos à plusieurs décennies d'apathie économique et de langueur des esprits. Il enregistrait une des plus fortes croissances économiques de la planète. Nous étions sur une pente ascendante, affirmaient nos responsables politiques, qui devait inévitablement nous mener à l'état de «superpuissance économique».
À travers tout le sous-continent, les gens avaient confiance en l'avenir et se sentaient invités dans l'ascenseur social. Les médias multipliaient les slogans optimistes, vantant le «rayonnement» de l'Inde, sinon son «avènement». Les villes se remplissaient de voitures neuves, d'immeubles de bureaux pimpants. En deux ans seulement, les rues de Pondichéry, la ville de mon enfance, s'étaient métamorphosées : ce petit coin perdu, somnolent, de l'Inde du Sud devenait un centre touristique et culturel prospère. Bon nombre de ses majestueuses villas coloniales françaises étaient reconverties en boutiques et en hôtels branchés (et souvent prétentieux). Les champs et les vergers des environs disparaissaient sous les projets de complexes résidentiels et d'écoles privées.
Quelques années plus tard, l'ambiance a indiscutablement changé. L'Inde est bien moins sûre d'elle. Avec le recul on comprend que son optimisme était prématuré, son exubérance superficielle. Durant toute la période où le pays a enregistré une croissance à deux chiffres, où l'argent et les compagnies étrangères ont afflué, une sorte de cancer couvait sous la surface.
Aujourd'hui, ce cancer se révèle aux yeux de tous. L'Inde est confrontée à une crise que même ses promoteurs les plus enjoués, ou les plus fanatiques, ne peuvent plus nier. La corruption atteint de nouveaux sommets, l'État est de moins en moins capable de maintenir l'ordre, l'environnement est horriblement menacé - terrassé par deux décennies d'idéologie de la croissance économique aux dépens de toute autre considération. Même l'économie, après avoir si bien et si longtemps prospéré malgré les nombreux problèmes structurels du pays, chancelle : le taux de croissance a chuté de moitié par rapport à sa valeur de 2005-2006 et les déficits sont insoutenables.
Au moment où j'écris cette préface, l'Inde se dirige vers de nouvelles élections législatives. Tout scrutin national est un événement monumental, dans ce pays, mais certains indicateurs donnent à penser que les élections de 2014 pourraient prendre une signification particulière. En effet, elles devraient contribuer à pousser l'Inde à réagir d'une façon ou d'une autre à la crise actuelle - et partant, définir l'avenir de cette nation pour plusieurs décennies.
Dans les médias nationaux comme internationaux, on fait grand cas du choix inhabituellement clair qui s'offre aux électeurs. La différence est frappante, c'est vrai, entre le parti du Congrès au pouvoir depuis 2004, aujourd'hui dirigé par Rahul Gandhi, et l'opposition incarnée par le parti Bharatiya Janata dont le leader, Narendra Modi, est chef du gouvernement de l'État du Gujarat. Pour l'électeur, affirment les journalistes, il s'agit de choisir entre la jeunesse et l'expérience, entre la laïcité et le nationalisme hindou. Un autre clivage, moins commenté mais peut-être plus important encore, existe cependant entre les candidats : les prochaines élections sont susceptibles d'accoucher de deux systèmes de développement très différents.
(...)