Concours travail social : ASS, ES, EJE : concours 2015

Concours travail social : ASS, ES, EJE : concours 2015

Quatrième de couverture

Ce "Tout-en-un" propose le cours en fiches accompagné de nombreux entraînements pour réviser et s'entraîner de façon rapide et efficace aux concours d'ASS, ES et EJE !

L'ouvrage propose tout d'abord de :
° S'informer : une présentation du concours, des épreuves et du métier.
° Faire le point : un QCM général d'auto-évaluation avec un bilan commenté en fonction des résultats du candidat lui permettant de s'orienter dans sa préparation.

Pour chaque épreuve :
° Réviser : un cours sous forme de fiches synthétiques permettant d'aller à l'essentiel.
° S'entraîner : un QCM pour tester ses connaissances + des exercices corrigés prenant la forme de ceux rencontrés le jour J, classés par niveau de difficulté.
° Se mettre en situation : des sujets d'annales et des sujets inédits accompagnés d'astuces pour aborder le sujet (gestion du temps, analyse du sujet...) + des propositions de corrigés détaillés.

Cet ouvrage prépare :
° aux épreuves d'admissibilité : résumé, synthèse, dissertation, commentaire de texte, questions ;
° aux épreuves d'admission : entretiens individuels et collectifs.

Extrait de Concours travail social : ASS, ES, EJE : concours 2015

Présentation du concours

1. Les métiers

■ L'assistant de service social

L'assistant de service social (ASS) a pour rôle d'accueillir, de conseiller et d'accompagner des personnes, des familles et des groupes pour leur permettre de surmonter leurs difficultés d'ordre économique, familial et culturel. Il est tenu au secret professionnel. Il intervient auprès des enfants, des adolescents, des adultes et des personnes âgées en les informant sur leurs droits et en les orientant Il favorise leur insertion dans la société. Il participe également à l'élaboration et à la mise en oeuvre des politiques sociales. Il peut se spécialiser et intervenir dans les domaines spécifiques que sont l'hygiène mentale, l'enfance en danger, les toxicomanies...
Il existe deux catégories d'assistants sociaux : les polyvalents de catégorie qui travaillent dans un secteur particulier tels que l'Éducation nationale, le milieu carcéral, la CAF (Caisse d'allocations familiales), la Sécurité sociale... et les polyvalents de secteur qui interviennent géographiquement (quartier, secteurs rural et urbain).
Pour exercer ce métier, l'assistant de service social doit avoir le sens de la communication, une parfaite connaissance des institutions et des démarches administratives. Un bon équilibre personnel est nécessaire pour affronter les situations difficiles ainsi qu'une grande disponibilité.
La rémunération brute mensuelle peut varier de 1 392 € à 2 762 € selon le secteur, les responsabilités et l'ancienneté. 39 000 assistants du service social sont employés dans des secteurs d'intervention très diversifiés.

■ L'éducateur spécialisé

L'éducateur spécialisé (ES) intervient dans le cadre des politiques partenariales de prévention, de protection et d'insertion. Il aide et accompagne des personnes, des groupes ou des familles en difficulté dans le développement de leurs capacités de socialisation, d'autonomie, d'intégration et d'insertion (décret du 15 mai 2007, arrêté du 20 juin 2007).
Il travaille en collaboration avec les psychiatres, les psychologues, les assistants du service social, les enseignants, les magistrats, etc. Il intervient, par exemple, auprès de jeunes, d'enfants et d'adultes en situation de handicap, en prévention spécialisée (éducateur de rue). Les lieux d'exercice sont nombreux (foyers de l'enfance, instituts médico-éducatifs, maisons d'accueil spécialisées...). Pour exercer cette profession, il convient de faire preuve d'une grande attention aux problèmes sociaux et humains, d'avoir un bon équilibre physique et mental, d'être disponible, patient, de posséder un goût pour les activités de groupe.
La rémunération brute mensuelle varie de 1 390 € à 2 700 € selon le secteur, les responsabilités et l'ancienneté. Aujourd'hui, on compte 63 000 éducateurs spécialisés dont 80 % exercent dans le secteur privé et associatif.

(...)