La fabuleuse histoire de la tour Eiffel

La fabuleuse histoire de la tour Eiffel

Quatrième de couverture

Ce livre d'histoire réunit de nombreuses images d'archives et gravures d'époque pour raconter la fantastique aventure de la Tour Eiffel. Monument décrié à sa construction pour son avant-gardisme, la dame de fer a séduit les parisiens et veille sur la ville depuis de 125 ans. Pascal Varejka, historien renommé, spécialiste de Paris, raconte l'épopée de sa construction de manière accessible pour tous. De nombreuses anecdotes permettent d'imaginer le tourbillon que représentaient pour Paris l'Exposition universelle et la construction de cette tour, qui a changé durablement le visage de la capitale. Le dépliant d'un plan d'époque de l'Exposition universelle fait de cet ouvrage un cadeau d'exception, et passionnera tous les amoureux de Paris.

Parisien de naissance, Pascal Varejka a parcouru sa ville en tous sens depuis des années, toujours avec le même enthousiasme. Historien de formation, traducteur et journaliste, il a publié depuis 1995 divers ouvrages sur Paris :
Paris, brève histoire de la capitale, 1995 ; Paris au Moyen Âge (pour jeune public), 1998 ; Paris, une histoire en images, 2007 ; Il était une fois PARIS L'histoire de la capitale racontée aux enfants, 2010 ; Paris, Promenade dans le centre historique, 2010.

Extrait de La fabuleuse histoire de la tour Eiffel

1889
Année inoubliable à Paris

En 1889, Paris accueille une nouvelle Exposition universelle. C'est la quatrième organisée dans la capitale depuis 1855, mais celle-ci est grandiose et sort vraiment de l'ordinaire : elle est dominée par la tour Eiffel, une audacieuse construction métallique atteignant la hauteur, inouïe à l'époque, de 300 mètres.

À cette date, la France se remet lentement de l'humiliation subie en 1870 face à la Prusse et du traumatisme qu'a constitué la perte de l'Alsace-Lorraine. La loi constitutionnelle qui a assis définitivement la République n'a pas encore 15 ans. Et, bien que le pays ait retrouvé son statut de grande puissance en se lançant dans l'aventure coloniale, son régime politique l'isole parmi les monarchies européennes.

Cette Exposition universelle, officiellement destinée à célébrer le centenaire de la Révolution, exerce un impact extraordinaire sur les esprits. Car la majestueuse tour Eiffel témoigne explicitement du redressement de la France, elle incarne en quelque sorte son apothéose sur le plan technologique. Sujet de fierté, la Tour devient la «hampe» symbolique du drapeau français. Avec l'ensemble de l'Exposition qui s'étend à ses pieds, elle marque bien, aux yeux du monde, le prestige retrouvé du pays.

Les Expositions universelles, à vocation encyclopédique, permettaient au public de découvrir un «état du monde» du moment, comme le Grand dictionnaire universel du XIXe siècle en dix-sept volumes, édité entre 1866 et 1877 par Pierre Larousse. Édouard Lockroy, alors ministre du Commerce et de l'Industrie, a très bien exprimé cette vision : «Une Exposition universelle est une totalisation : l'esprit humain arrête une minute son labeur et considère le chemin parcouru, comme un voyageur tourne la tête pour regarder la pente déjà gravie. C'est un moment de détente où la pensée se condense, où les forces se renouvellent. Les hommes admirent leurs conquêtes et se donnent la main. Un grand souffle de fraternité passe sur leurs fronts.»

De fait les contemporains, français et étrangers, éblouis, ont vu dans la tour de 300 mètres, qui porte maintenant le nom de Gustave Eiffel, la manifestation d'un progrès irrésistible, ainsi que l'éblouissante démonstration des capacités techniques et industrielles de la France. Pour son créateur, elle symbolisait «l'art de l'ingénieur moderne mais aussi le siècle de l'Industrie et de la Science dans lequel nous vivons».

Mais la Tour était également une oeuvre d'art, un élément d'architecture inédit constitué d'une véritable dentelle de fer. Restée le plus haut édifice du monde jusqu'en 1930, avant d'être détrônée par le Chrysler Building de New York, elle a fêté ses 125 ans le 31 mars 2014.