Slovo. Volume 43.44 : Gagnants et perdants : une génération après... Le "post-communisme" en Europe du Centre et de l'Est

Slovo. Volume 43.44 : Gagnants et perdants : une génération après... Le "post-communisme" en Europe du Centre et de l'Est

Quatrième de couverture

Ce volume 43-44 de la revue SLOVO est le fruit des contributions au Colloque international «1989 en Europe médiane : 20 ans après» organisé en décembre 2009 par le Centre d'Études de l'Europe Médiane (Inalco) qui portait sur les processus ayant permis le passage du socialisme réel vers la démocratie de marché. Ces premières analyses ont été complétées par une Journée internationale d'études et de réflexion organisée en septembre 2011 par le groupe de travail Monde post-soviétique et Europe médiane et balkanique : sortie du "socialisme réel" et stratégies d'adaptation de la nomenklatura et des "nouvelles élites" du CREE - Centre de Recherches Europes-Eurasie de l'Inalco, ayant pour thème : «Une génération après... Le «postcommunisme» en Europe du Centre et de l'Est». Il s'agit pour tous les chercheurs ayant contribué à ces travaux (dont certains furent aussi parfois des acteurs des événements) d'établir un premier état des lieux sur les réponses possibles à apporter à cette «grande énigme» que constitua la disparition soudaine et quasiment pacifique d'un immense «empire», en dégageant des pistes permettant de cerner les forces sociales qui ont joué et continuent de jouer un rôle central dans les transformations en cours, en observant en particulier quels groupes sociaux et/ou nationaux ont profité de ces changements, et lesquels se sont immédiatement ou plus tardivement retrouvés marginalisés, voire perdants.

Liste des auteurs

Antonia BERNARD
Jean-Marie CHAUVIER
Bruno DRWESKI
Piotr IKONOW
Claude KARNOOUH
Attila MELEGH
Alexandru POLGAR
Michel A. PRIGE
David ZDROJEWSKI

Extrait de Slovo. Volume 43.44 : Gagnants et perdants : une génération après... Le "post-communisme" en Europe du Centre et de l'Est

Introduction de Bruno Drweski

Cet ouvrage est né d'analyses faites lors du colloque international «1989 en Europe médiane : 20 ans après» organisé en décembre 2009 par le Centre d'études de l'Europe médiane de l'Inalco et portant sur les processus qui ont permis le passage du socialisme réel vers la démocratie de marché. Ces analyses ont été complétées par une journée internationale d'études et de réflexion organisée en septembre 2011 par le groupe de travail «Monde post-soviétique et Europe médiane et balkanique : sortie du "socialisme réel" et stratégies d'adaptation de la nomenklatura et des "nouvelles élites"» du CREE - Centre de Recherches Europes-Eurasie de l'Inalco, ayant pour thème : «Une génération après... Le «post-communisme» en Europe du Centre et de l'Est». Le présent ouvrage est le résultat de toutes ces analyses et réflexions complétées par une étude sur le processus de démantèlement de l'Union soviétique. Nous avons voulu apporter des éléments de réponse aux problèmes posés par :
- L'évolution des événements qui ont précédé puis amené au changement politique en 1989 en Europe du Centre-Est et en 1991 en Union soviétique.
- Le passage du rêve autogestionnaire à la réalité de la société de marché.
- Les bases sociales du communisme puis du socialisme réel et enfin du basculement anti-communiste.
- Le contexte historique et philosophique de la dynamique communiste et postcommuniste.
- Les conséquences du basculement de 1989/1991 pour l'analyse des forces motrices opérant dans les sociétés contemporaines.
- La nature hybride de la structure sociale qui a été forgée depuis 1989 à l'est de l'Europe.
Il était très difficile de mener avec le recul nécessaire de telles réflexions immédiatement après l'événement mais il est devenu aujourd'hui indispensable de lancer ce chantier, alors qu'une génération nouvelle a émergé depuis la chute du mur de Berlin et qu'il faut désormais apporter des réponses permettant de comprendre la crise du communisme qui s'est avérée constituer un élément d'une crise beaucoup plus vaste, celle de la modernité tout entière. Pour cela, il nous a semblé nécessaire de commencer par analyser les fondements des processus sociaux opérant dans les sociétés contemporaines :
- en identifiant les forces motrices, internes et externes, qui ont actionné le mouvement ayant abouti au démantèlement de «l'ordre soviétique» en Europe,
- en analysant les espérances et les craintes soulevées par la fin du monde bipolaire,
- en examinant les résultats politiques, économiques, sociaux, culturels, idéologiques des transformations réalisées dans les pays européens ayant appartenu au bloc soviétique,
- en mesurant l'impact des événements de 1989/1991 sur les rapports internationaux, les équilibres et déséquilibres économiques, la légalité internationale, la paix.
Cette série de réflexions permet d'établir un premier état des lieux sur les réponses possibles à apporter concernant cette «grande énigme» que constitua la disparition soudaine et quasiment pacifique d'un immense «empire». Il s'agit de dégager des pistes permettant de cerner les forces sociales qui ont joué et continuent de jouer un rôle central dans les transformations en cours, en observant en particulier quels groupes sociaux et/ou nationaux ont profité de ces changements, et lesquels se sont immédiatement ou plus tardivement retrouvés marginalisés, voire perdants.
L'omniprésence des préfixes «ex-» et «post-» toujours utilisés plus de vingt ans après l'événement aussi bien dans les publications sérieuses que dans les médias de masse pour caractériser les anciens pays du bloc soviétique démontre que la rupture avec l'ordre existant avant 1989-1991 n'est toujours pas achevée au niveau mental. La page n'a pas vraiment été tournée. Blocage qui nécessite d'engager une réflexion sur les racines contradictoires des systèmes mis en place après 1917 et 1945 en Europe de l'Est avec leurs prolongements actuels, réalité qui s'est avérée plus complexe qu'on a pu le penser sur le moment. Questions qui exigent des réponses rationnelles.
C'est dans le but d'engager un tel chantier que des chercheurs, dont certains furent aussi parfois des acteurs des événements, se sont rassemblés pour présenter le bilan de leurs analyses et de leurs réflexions sur les changements opérés en 1989-1991 et leurs conséquences réelles.