Osez... 20 histoires de sexe aux sports d'hiver

Osez... 20 histoires de sexe aux sports d'hiver

Quatrième de couverture

On associe toujours le sexe torride à l'été, mais l'hiver, il s'en passe de belles aussi...
Des pistes enneigées aux chalets confortables en passant par la cabine des remontées mécaniques, le local du secouriste, la boîte de nuit locale ou le resto d'altitude, ça batifole dans tous les coins ! Dans ce nouveau recueil, vous découvrirez votre station de ski préférée telle que vous ne l'aviez encore jamais vue, à travers 20 histoires bien résolues à vous prouver que les sports d'hiver ne se résument pas au ski et à la fondue savoyarde. Prêt pour une petite virée sur les sommets du plaisir ? Couvrez-vous bien mais pas trop non plus : la température risque de vite monter...

Osez 20 histoires de sexe
UNE COLLECTION DE NOUVELLES ÉROTIQUES SUR UNE THÉMATIQUE SEXUELLE

Extrait de Osez... 20 histoires de sexe aux sports d'hiver

CHAUD-FROID

Pauline Bonvalet

Maude pratiquait le ski artistique. Elle glissait le plus souvent avec un ski en l'air et une tête de circonstance, ses bras moulinaient pour maintenir un équilibre précaire. Elle tournait, sautait, atterrissait, virevoltait, accélérait, explorait les bords de piste, le tout contre son gré. Maude ne tombait presque jamais, mais elle avait peur souvent. Maude n'aimait pas le ski. Elle était frileuse, elle avait les yeux trop clairs pour la réverbération du soleil sur la neige, la peau trop pâle pour ne pas brûler, même couverte de plusieurs couches de crème. Pourtant, Maude y était, au ski. En haut de «Marie-Chantal», une piste noire, tétanisée. En contrebas, son grand frère Vincent et sa bande de copains l'attendaient, hilares. Face à Maude, du verglas, des bosses et des têtes de sapin piégés, qui émergeaient de-ci de-là comme pour lui compliquer la tâche. Les conseils de son père se bousculaient dans son esprit. Ne pas avoir peur de se mettre face à la pente. Bien s'appuyer sur l'avant des chaussures. Prendre assez de vitesse pour tourner, et s'aider des bosses. Avoir les jambes élastiques. Elle s'élança. Son ski droit crissa sur la neige dure, elle planta son bâton, balança son poids sur sa jambe gauche et tourna, se retrouva face à la pente et vira encore, secondes providentielles de ski parfait. Elle se prit à rêver qu'elle allait la niquer, Marie-Chantal, se la taper en entier d'une seule traite, Marie-Chantal, et ricana intérieurement de ses analogies graveleuses.
Elle entendit trop tard l'avertissement : «Maude, attention !» La voix grave rompit l'illusion. BAM ! Elle heurta quelque chose, de plein fouet, et dévala la piste, roula le long de la pente et vint finalement s'éclater sur le flanc d'une grosse bosse. Les skieurs, sur les télésièges qui survolaient Marie-Chantal, hésitaient à rire. Vue du dessus, la chute était comique : la fille s'était emplafonné un sapin de plein fouet, avait crié d'une voix stridente avant de dégringoler au rythme de petits couinements plaintifs. Le bruit de skis entrechoqués et l'impact de son corps contre la bosse étaient franchement inquiétants. Elle ne bougeait pas, et les skieurs sur les télésièges se penchaient pour regarder la tache jaune de la combinaison de Maude. Un homme la rejoignit, elle remua un bras, ils se désintéressèrent de la scène.
La voix essoufflée de Théo. «Maude, ça va ?» La vision réconfortante de Théo au travers des cils de Maude, encombrés de neige. Les yeux bleus de Théo, la bouche préoccupée de Théo, le souffle de Théo qui se penchait sur elle. Théo. La raison de la présence de Maude dans ces montagnes hostiles. Agenouillé, il regardait l'angle improbable formé par la cheville de Maude tordue par le ski.
(...)