Gibraltar, n° 4

Gibraltar, n° 4

Quatrième de couverture

DOSSIER
Contre les murs, ces héros du quotidien (52 pages)

Grèce : Et au milieu coule l'Evros
Pyla la (Chypre) : À chacun son café
Tripoli (Liban) : Debout contre la désolation
Turquie : Rivières en sursis au pays des Lazes
Histoires vraies de Gaza par François Beaune

Mafias blues : sérénades et racket

À Naples, des chanteurs font l'apologie de la Camorra. En Sicile, des commerçants refusent le pizzo, l'impôt de la Mafia.

Reportage de Marine Vlahovic à Naples - Récit dessiné d'Aurélie Pollet à Palerme

Île du levant, paradis naturiste

Dans cette île du Var, les militaires côtoient les naturistes, les familles les aventuriers du sexe, les lepénistes les libertaires...
Une nouvelle inédite de Clément Reychman, illustrations de Vangug

Radio nomade à dos de mulet

Parcourir une sierra andalouse sur une mule, animer une radio locale itinérante, parler du quotidien des habitants, c'est la "Hue ! radio".

Un récit muletier d'Alejandro Pérez, illustrations d'Elza Montlahuc

Pyrénées, montagne de rencontres

À Fillols, village catalan du vivre ensemble et à saute-mouton sur la frontière.

À Fillols, carnet de voyage de Yann Armel-Huet - récit de Sébastien Navarro
En Pyrénées centrales, reportage de Bruno Vincens

Extrait de Gibraltar, n° 4

L'écrivain François Beaune a sillonné le pourtour méditerranéen pour recueillir la parole des gens qu'il rencontrait. De Gaza à Tel-Aviv, de Marseille à Alexandrie, ces anonymes lui ont confié leurs histoires vraies.

Par Santiago Mendieta

De décembre 2011 à avril 2013, François Beaune a parcouru l'ensemble du bassin méditerranéen pour y recueillir des histoires vraies. L'écrivain a quitté ses habits de romancier (Un homme louche, Un ange noir) et réalisé ce grand tour de la méditerranée en faisant étape dans la plupart des grandes villes et capitales, en partenariat avec Marseille-Provence 2013. Là, il a écouté de la bouche des gens qu'il rencontrait dans la rue, les cafés et les instituts français présents sur le pourtour de la grande bleue, des récits qui disent le quotidien des gens et retranscrivent leur parole. Cela donne des textes souvent drôles, certains démarrent en fanfare et s'affalent comme des soufflets, frisent l'incohérence, d'autres ont l'épaisseur des destins tragiques, celle de l'histoire ou de l'actualité de chacun des pays à chaque escale. Cette maladresse voulue s'apparente au réel et à la difficulté d'appréhender les faits de l'existence, y compris les plus insignifiants.
Ces fragments de vie ont été rassemblés dans un livre épais, foisonnant jusqu'à l'index final, la lune dans le puits (verticales), référence à une citation à tiroirs de l'écrivain sicilien Leonardo Sciascia. Ouvrage lui aussi à tiroirs, "le livre dont nous sommes les héros" est découpé en longues séquences (l'enfance, l'adolescence, la vingtaine, la trentaine... jusqu'à la vieillesse, la mort) où s'ébrouent une myriade de récits, certains très courts, s'apparentant à des nouvelles à la première personne.
"Le bouquin révèle des gens ordinaires qui n'ont pas toujours le droit à la parole" reconnaît François Beaune qui intervient dans les pages ou des paragraphes en italique où il ajoute une note personnelle ou romanesque.
Pas de guillemets, ni de majuscules "aux peuples et à leurs fêtes monothéistes : ramadan copte, shabbat français, noël turc", histoires toutes au présent. "Chaque retrait à la ligne signifie un silence. Et l'italique c'est moi. Tout ce qui est écrit de travers. Mes anecdotes et mes inclinaisons", écrit l'auteur en prélude. Ce kaléidoscope d'expériences est comparable à un autre projet mené par l'écrivain américain Paul Auster, mais ce réservoir d'existences voit sa réalité, son audience, démultipliées par sa mise en ligne sur le site de Marseille-Provence 2013 où près de 1 500 histoires ont été ainsi réunies. L'initiative échappe désormais à son démiurge puisque cette version 2.0 s'est transformée en une vaste bibliothèque numérique et s'enrichit en permanence par l'apport de textes déposés par les internautes venus de tous pays et traduits. On peut y naviguer par mots-clés, thèmes, langues, neuf au total dont l'arabe et l'hébreu... cette première "matière brute" a engendré une pièce de théâtre, contes, créations sonores pour Arte radio ainsi qu'une association ayant pour mission de faire vivre ce vivier narratif.
(...)