Les 100 questions que se posent toutes les mamans

Les 100 questions que se posent toutes les mamans

Quatrième de couverture

L'arrivée d'un bébé, même s'il s'agit d'un «heureux événement», suscite beaucoup de questions chez les parents, toujours très à l'écoute et attentifs au bien-être et au développement de leur enfant.
° Mon bébé n'arrive pas à s'endormir tout seul, que faire ? ' Pourquoi refuse-t-il de prendre le biberon ? ° Est-ce que les otites peuvent expliquer un petit appétit ? ° Un bébé petit à la naissance sera-t-il petit adulte ? ° Faire vacciner son nouveau-né est-il obligatoire ? ° À quel moment faut-il le mettre sur le pot ? ° Pourquoi mon enfant ne parle-t-il toujours pas ?
Organisé par thèmes : Un nouveau-né à la maison, Pour un bon sommeil, L'alimentation de bébé, Surveiller sa santé, Éveil et développement, cet ouvrage présente les problèmes les plus courants auxquels sont confrontés les parents au cours de la petite enfance.
Avec des réponses claires et rassurantes d'experts : pédiatres, sage-femme, consultante en lactation, psyçhomotricienne ou psychologue, accompagnent sereinement les parents dans cette nouvelle expérience.

En partenariat avec Magicmaman, le site parental le plus consulté en France avec environ 4 millions de visiteurs par mois.

Extrait de Les 100 questions que se posent toutes les mamans

Un nouveau-né à la maison

Après neuf longs mois d'attente, vous voilà revenue chez vous avec un tout petit bébé. C'est le début d'une période d'adaptation pour tout le monde. D'un côté, votre bébé doit s'habituer à son nouvel environnement. De l'autre, vous devrez faire connaissance avec lui et prendre vos marques en tant que parents.

Entre joie, inquiétude... et fatigue

Après les quelques jours que vous avez passés à la maternité entourée par l'équipe soignante, le retour à la maison s'apparente à un grand saut dans l'inconnu. Il y a la joie de rentrer chez soi et de permettre à bébé de découvrir son nouveau foyer ; l'inquiétude face à cette immense responsabilité que d'être parent, la peur de ne pas savoir s'occuper de ce petit être qui n'est pas livré avec son «mode d'emploi» ; la tristesse aussi, parfois, de se retrouver le ventre «vide». Et, bien sûr, la fatigue de l'accouchement, les nuits interrompues, sans oublier les hormones qui font des leurs. Soyons honnête : les premières semaines avec un nouveau-né ne sont pas de tout repos.

A la découverte de son bébé

Votre bébé est enfin là... et ne correspond peut-être pas tout à fait à ce que vous aviez imaginé pendant des mois. Il a parfois de petites particularités étranges : des poils sur le dos, une tête pas vraiment ronde, de la poitrine. Il peut aussi avoir gardé quelques traces de l'accouchement. Pas d'inquiétude, tout s'estompe en quelques semaines.
Bien que très petit, votre bébé a déjà beaucoup de compétences, comme vous le constaterez rapidement par vous-même. Il sait faire tout ce qui est essentiel à sa survie : crier lorsqu'il a faim, trouver le sein, téter ; il reconnaît même votre voix. Pour autant, son organisme est encore immature. Au niveau du cerveau, par exemple, il a tous ses neurones mais les connexions entre eux ne sont pas encore développées, d'où parfois des gestes saccadés ou des sursauts durant son sommeil. Son système digestif n'est pas tout à fait mature, ce qui peut le rendre sujet aux coliques. Il n'a pas vraiment de «rythmes» car il ne fait pas encore la différence entre le jour et la nuit...

Les pleurs, son unique moyen de communiquer

Après neuf mois dans votre ventre où tous ses besoins étaient couverts 24h/24, le nouveau-né est assailli de sensations, dont certaines sont désagréables : la faim, la douleur, le froid, l'éblouissement à cause d'une lumière trop vive, la fatigue, etc. Face à ces expériences, il n'a qu'un moyen d'expression : pleurer ! Votre rôle en tant que parent : répondre à ses pleurs. C'est la base pour construire la sécurité affective de votre bébé. En obtenant une réaction rapide à ses pleurs, il comprendra qu'il peut compter sur vous. Mais il arrive parfois que bébé soit inconsolable, malgré tous vos efforts. De récentes études montrent même que ces périodes de pleurs, notamment à l'approche du soir, sont nécessaires à son développement. Même si rien n'y fait, soyez-là pour lui, votre contact est très important et tout ce qui peut le rassurer est bénéfique : portage en écharpe, massages, bercement, peau-à-peau. Toutefois, si vous vous sentez à bout, posez-le dans son lit ou passez le relais à quelqu'un.

(...)