Imagination active, imagination musicale

Imagination active, imagination musicale

Quatrième de couverture

Dans la psychologie junguienne, ce qu'on nomme «imagination active» a été élaboré pour permettre de dialoguer avec l'inconscient. Les messages de l'inconscient peuvent être reçus dans le sommeil grâce à nos rêves, mais ils peuvent aussi être stimulés à l'état de veille grâce à l'imagination active. Loin de la rêverie ou du fantasme, l'imagination active demande une implication, une concentration de la personne qui la pratique. En faisant monter en soi des images ou des impressions, des sons, on entre en contact avec l'inconscient - non pas passivement, mais dans une participation «active». Comme toujours lorsqu'il s'agit de l'inconscient, une mise en garde est nécessaire : une fois qu'on s'est engagé dans cette voie, on ne sait pas dans quelles profondeurs elle peut nous entraîner. L'imagination active est une expérience très personnelle, intérieure. L'originalité de cet ouvrage et du DVD qui l'accompagne est de la présenter sous forme de film et d'essais. Les images qui montent à la conscience, leurs liens avec le passé et la situation présente, le rôle d'accompagnement de l'analyste, tout cela peut être vécu et compris en entrant dans le film réalisé par Christian Tauber. En parallèle à cette approche visuelle et sonore, ce livre rassemble aussi certains textes sur l'imagination active écrits par ceux qui l'ont mise au point et pratiquée, à savoir C.G. Jung et ses proches, comme Barbara Hannah et Marie-Louise von Franz - dont une conférence inédite est incluse dans ce livre.

Extrait de Imagination active, imagination musicale

"Jung nous a raconté qu'il avait une patiente à qui il avait suggéré de faire une imagination active. Elle est arrivée le lendemain, elle l'avait écrite, et elle a raconté : elle allait vers le rivage et un lion est soudain apparu ; et le lion s'est soudain transformé, devenant un mouton. Elle voulait poursuivre, mais Jung l'a interrompue en lui disant : "Tout ça est absurde, ce n'est pas vrai. Si vous êtes assise sur le rivage et qu'un lion apparaisse, vous réagissez. Vous ne restez pas simplement assise à le regarder jusqu'à ce qu'il se transforme en mouton, vous avez une réaction : ou vous êtes effrayée ou vous l'attaquez ou il vous attaque. Vous ne vous bornez pas à attendre, si un lion apparaît. Ce n'est pas vrai." Or, c'est ce que font beaucoup : ils entrent dans les images avec ce que Jung appelle ailleurs "un moi fictif". Un moi fictif qui n'est pas leur vrai moi. Cette femme, par exemple, s'est assise sur la rive en revêtant une autre personnalité que la sienne propre, une personnalité qui n'a surtout pas peur des lions. Dans la réalité, elle a peur des lions. Elle s'assied donc sur la rive avec un moi suspect, non avec son vrai moi. Et alors rien ne se passe ; alors, vous pouvez fantasmer jusqu'à la fin de votre vie, rien ne se passe."

Marie-Louise von Franz