Istanbul

Istanbul

Quatrième de couverture

Découvrez le palais de Topkapi, la mosquée Bleue, la mosquée Sainte-Sophie, les hammams des sultans, le Grand Bazar, le quartier de Beyoglu, la mer de Marmara, les rives du Bosphore...
- Une présentation complète de l'histoire et des sites d'Istanbul avec plus de 700 photos !
- Des dessins en 3D des plus célèbres monuments et une vue aérienne des plus beaux quartiers.
- La découverte des principaux sites de la région d'Istanbul : Edirne, Bursa, les Dardanelles...
- Des balades à pied illustrées de cartes précises.
- Un carnet d'adresses des meilleurs hôtels, restaurants et boutiques.
- Des plans des principaux quartiers d'Istanbul avec un index des rues.

Extrait de Istanbul

HISTOIRE D'ISTANBUL

Fondée au vue siècle av. J.-C. sur un promontoire permettant de contrôler les échanges commerciaux par le Bosphore, la cité - appelée au cours de son histoire Byzance, puis Constantinople en l'honneur de l'empereur Constantin |ef- prit le nom d'Istanbul à partir de 1928. Elle fut pendant seize siècles une grande capitale, d'abord de l'Empire byzantin, puis du monde ottoman. Inscrite depuis 1985 au patrimoine mondial de l'humanité par l'Unesco, elle doit à ces deux civilisations, l'une grecque et orthodoxe, l'autre turque et musulmane, ses plus beaux monuments.

Le site d'Istanbul, ou Istanbul, prit sa topographie actuelle à la fin de l'ère glaciaire avec la création du détroit du Bosphore situé entre la mer Noire et la mer de Marmara. Aux cultures néolithiques de la région succédèrent des villages de l'âge du cuivre et des villes fortifiées de l'âge du bronze comme Troie (p. 173). Le Bosphore devint une importante voie commerciale dès l'Antiquité ; des navires transportaient vers le nord le vin et l'huile d'olive des côtes de la Méditerranée, et vers le sud des céréales, des peaux, de la laine, du bois, de la cire, du miel, de la viande et du poisson séchés.
Les rives du détroit, après avoir connu plusieurs invasions, furent dominées par le royaume de Phrygie de 800 à 680 av. J.-C. En 676 av. J.-C, des Grecs fondèrent la cité de Chalcédoine à l'emplacement de l'actuelle Kadiköy.

Fondation de Byzantion

Selon la légende, Istanbul doit sa naissance au Grec Byzas, qui conduisit une expédition de colonisation depuis les cités surpeuplées d'Athènes et Mégare, et s'installa sur la rive européenne du Bosphore vers 657 av. J.-C. Grâce au négoce, Byzantion devint une polis (cité-État indépendante) prospère, l'une des 40 plus importantes du monde hellénistique. Associée pendant des siècles à Chalcédoine, elle employait la même monnaie et partageait aussi les droits de passage imposés aux navires empruntant le Bosphore. Sa richesse suscitant des convoitises, elle tomba sous le joug des Lydiens (560-546 av. J.-C), des Perses (546-478 av. J.-C), des Athéniens (478-411 av. J.-C.) et des Macédoniens (334-281 av. J.-C). Après avoir reconquis son autonomie, elle fut incorporée à l'Empire romain en 64 av. J.-C. sous le nom de Byzantium (Byzance). Au ne siècle apr. J.-C, la cité commit l'erreur de soutenir l'usurpateur romain Pescennius Niger qui disputait le trône à l'empereur Septime Sévère (145-211) ; après trois années de siège, ce dernier la dévasta en 195, mais il la fit plus tard reconstruire en grande partie et la dota de nombreux monuments. En 258, la ville survécut à la destruction par les Goths de Chalcédoine. Toutefois, le commerce connut un grave déclin.