Inégalités

Inégalités

Quatrième de couverture

Le succès mondial du dernier livre de Thomas Piketty, qui fut l'élève d'Anthony Atkinson, a remobilisé l'attention sur le fléau que constitue l'explosion des inégalités dans les pays riches. Le diagnostic est désormais bien connu. En revanche, trop peu d'économistes s'attachent à nous expliquer comment inverser la tendance. Et tant d'autres nous désespèrent en ressassant les arguments qui donnent aux gouvernants autant de prétextes pour ne rien faire : l'intervention de l'État affaiblirait l'économie ; la mondialisation rendrait toute action impossible au niveau national ; de nouvelles mesures seraient au-dessus de nos moyens, etc.
Atkinson met en pièces ces contre-vérités et propose un programme complet, concret et réalisable, même au niveau d'un seul pays. Le problème, souligne-t-il, n'est pas seulement que les riches s'enrichissent toujours plus. Nous sommes aussi inopérants dans la lutte contre la pauvreté, car l'économie change vite, et la majorité de la population ne peut pas suivre. Pour réduire l'inégalité, nous devons faire plus que lever de nouveaux impôts sur les riches.
Atkinson prescrit donc des politiques innovantes et ambitieuses dans cinq domaines : le changement technologique, la recherche du plein-emploi, la sécurité sociale, le partage du capital et la fiscalité progressive. Dans ce texte vivant, accessible, Atkinson nous livre une somme incontournable sur le sujet et un message d'espoir dans les possibilités de l'action politique.

Anthony Atkinson est l'auteur d'une cinquantaine d'ouvrages et de centaines d'articles académiques qui font de lui un prochain prix Nobel plus que probable. Un demi-siècle de travaux innovants sur la répartition des richesses, les inégalités et la pauvreté lui valent une renommée internationale. C'est auprès de lui que son élève, T Piketty, a puisé l'inspiration et les méthodes pour développer ses propres recherches qui ont débouché sur la publication du Capital au XXIe siècle.

Les coups de coeur de la presse

Ce livre est recommandé par :
Serge Audier - Le Monde du 14 janvier 2016

Extrait de Inégalités

Extrait de l'introduction

L'inégalité est aujourd'hui au coeur du débat public. Les populations sont plus conscientes que jamais de son envergure : on écrit beaucoup sur le 1 % et les 99 %. Le président des États-Unis, Barack Obama, et la directrice générale du Fonds monétaire international (FMI), Christine Lagarde, ont déclaré qu'enrayer son ascension était une priorité. Dans le cadre de son enquête d'opinion publique internationale, «Global Attitudes Project», le Pew Research Center a demandé en 2014 aux personnes qu'il interroge quel était «le plus grand danger pour le monde» : il a découvert qu'aux États-Unis et en Europe «l'inégalité inquiète plus que toute autre menace». Mais si nous voulons sérieusement la réduire, que pouvons-nous faire ? Comment cette sensibilité accrue de l'opinion peut-elle se traduire par des actes, par des politiques qui feront vraiment reculer l'inégalité ?
Dans ce livre, je fais des propositions concrètes qui pourraient, à mon avis, réorienter réellement la répartition des revenus dans un sens moins inégalitaire. En tirant les leçons de l'histoire et en regardant d'un oeil neuf - du point de vue de la répartition - les mécanismes économiques à l'oeuvre, j'entends montrer ce que l'on pourrait faire immédiatement pour réduire l'ampleur de l'inégalité. je le fais dans un esprit d'optimisme. Le monde fait face à de vastes problèmes mais, collectivement, nous ne sommes pas confrontés, impuissants, à des forces incontrôlables. L'avenir est très largement entre nos mains.

Plan du livre

Cet ouvrage comporte trois parties. La première pose le diagnostic. Qu'entendons-nous par inégalité et quelle est aujourd'hui son ampleur ? Y a-t-il eu des périodes où elle a régressé et, si oui, que peuvent-elles nous apprendre ? Que peut nous dire la théorie économique sur ses causes ? Ces chapitres s'enchaînent sans résumé final, mais un «récapitulatif» fait le point au terme de la première partie. La deuxième développe quinze propositions, des mesures que les pays peuvent prendre pour réduire l'inégalité. Leur liste complète, avec, en plus, cinq «idées à creuser», figure en fin de deuxième partie. Dans la dernière partie, j'examine une série d'objections à ces propositions. Pouvons-nous rendre le jeu plus égal sans perdre des emplois, sans ralentir la croissance économique ? Avons-nous les moyens financiers de nous offrir un plan de réduction de l'inégalité ? L'épilogue, «Aller de l'avant», résume les propositions et ce qu'on peut faire pour les concrétiser.
Le chapitre 1 dessine le cadre général. Il analyse la signification du terme «inégalité» et effectue un premier examen des données dont nous disposons sur son ampleur. L'inégalité, on en parle beaucoup, mais aussi avec beaucoup de confusion, car le sens du mot n'est pas le même pour tout le monde. Il y a inégalité dans de nombreux aspects de l'activité humaine. Les gens ont un pouvoir politique inégal. Ils sont inégaux devant la loi. Même l'inégalité économique, celle qui m'intéresse ici, peut être diversement interprétée. La nature des objectifs doit être clarifiée, ainsi que leur relation avec les valeurs sociales. Nous préoccupons-nous de l'inégalité des chances ou de l'inégalité des résultats ? De quels résultats devons-nous nous soucier ? Ferions-nous mieux de nous concentrer uniquement sur la pauvreté ? Lorsqu'on lui présente des données sur l'inégalité, le lecteur doit toujours se demander : inégalité de quoi entre qui ? Le chapitre dresse ensuite un premier tableau de l'inégalité économique et de son évolution au fil des cent dernières années. Ce qui n'a pas pour seule utilité de montrer pourquoi elle constitue aujourd'hui un problème de première grandeur, mais aussi d'introduire ses dimensions cruciales, que l'on va prendre en considération.