Le livre des petits étonnements du sage Tao Li Fu

Le livre des petits étonnements du sage Tao Li Fu

Quatrième de couverture

Attends que ta colère
comme le vent se fatigue.

Si ton âne ne va pas assez vite,
il ne sert à rien de l'appeler cheval.

Tout enfant a sa Cité interdite
où même l'Empereur ne pourrait entrer.

Jean-Pierre SIMÉON
Né en 1950.
Prix Artaud 1984, prix Apollinaire 1994, grand prix du Mont-Saint-Michel 1999 et prix Max-Jacob 2006. «Poète associé» au CDN de Reims pendant six ans, il rejoint ensuite le TNP de Villeurbanne, aux côtés de Christian Schiaretti, son directeur. Directeur artistique du Printemps des poètes et membre du comité éditorial de direction de Cheyne éditeur.

MENG MING, traducteur
Né en 1955, il est originaire de l'île de Hainan. Il vit en France depuis 1989. il a été publié en Chine et à l'étranger, notamment dans la revue dissidente "Jintian". Il a traduit en chinois des poètes et auteurs européens, en particulier Paul Valéry, Saint-John Perse, Paul Celan, Nietzsche et Heidegger.

LE ! PINGYANG, calligraphe
Né en 1966 au Yunnan (Chine), poète, essayiste et calligraphe.
Il habite à Kunming et enseigne la littérature à l'Université normale du Yunnan.

Extrait de Le livre des petits étonnements du sage Tao Li Fu

On ne sait pas grand-chose de Tao Li Fu. Il semble qu'il ait vécu entre deux siècles, au nord de la Chine, dans la province de Wen Qing, probablement au coeur de la communauté villageoise de Chen-Ho. Une légende dit qu'il ne savait pas écrire et que ce sont les gens du pays qui, témoins de ses sentences frappantes et mystérieuses, en gardèrent la mémoire et se les transmirent de génération en génération. C'est au siècle dernier qu'un lettré, faisant étape à Chen-Ho, eut connaissance de cette tradition. Il entreprit de recueillir les sentences et proverbes de Tao Li Fu, recueil qu'il intitula Le Livre des petits étonnements du sage Tao Li Fu. Aux dires de certains, le manuscrit était riche de mille feuillets. Je ne puis livrer que ce qui m'en est parvenu, qui ne représente donc, on le verra, qu'une infime partie de ce trésor perdu. Pourquoi et comment me sont-ils parvenus ? On m'excusera de ne pouvoir rien en dire. Je suis, sur ce sujet, pour de sérieuses raisons, tenu au secret.

Jean-Pierre Siméon

*

Le plus puissant dragon
n'a jamais attrapé un oiseau.

Un seul nuage peut cacher le mont Ying
et un seul mensonge l'énorme vérité.

Pose une pierre sur ton ombre.
Et pars en courant.

Pluie qui tombe, fleurs qui montent.

Si la vache avançait par bonds,
l'appellerait-on sauterelle ?

Le genou et l'orteil
ont aussi besoin de rire.