La chair, de la terre et du ciel

La chair, de la terre et du ciel

Quatrième de couverture

Un mot semble dire tout le mystère de cette condition, tout le mystère que Jésus a voulu assumer : la chair. Mais qu'est-elle donc ?

Bien souvent, on parle de la chair en relation ou en opposition avec l'esprit. La chair est-elle le non-spirituel ?

Les réalités les plus simples et les plus riches de notre vie sont souvent les plus méconnues. Notre chair n'est peut-être pas si familière qu'il y paraît.

Il n'y a pas de vague sans la mer, il n'y a pas d'esprit hors de la chair. Et si la chair était cette vague qui nous pousse vers l'autre rivage, lorsque nous savons bien la prendre ?

(extrait de l'introduction)

Extrait de La chair, de la terre et du ciel

Introduction

The Spirit lurks within the Flesh
Like Tides within the Sea
That make the water live, estranged
What would the Either be ?

«L'esprit se cache dans la chair comme la vague dans la mer qui fait vivre l'eau ; séparés, que serait l'un sans l'autre ?»

Dieu a voulu de toute éternité que l'homme soit heureux et vive avec lui. Et il a créé l'homme tel qu'il est en fonction de ce dessein bienveillant (cf. Ép 1,3-6). Tout ce que nous sommes est voulu, pensé soigneusement par Dieu pour notre plus grand bonheur. Tout l'enjeu de notre vie terrestre est de prendre les moyens que Dieu nous donne pour aller vers lui, vers ce bonheur sans fin, vers le rivage où Dieu nous attend.

C'est sous cette lumière que nous pouvons regarder notre condition d'homme, et notre métier d'homme. Un mot semble dire tout le mystère de cette condition, tout le mystère que Jésus a voulu assumer : la chair. Qu'est-elle cette chair dont nous sommes faits ? Elle paraît si complexe, et nous en entendons parler de façon si incohérente... Notre corps, dieu ou idole ? Ailes ou boulet ? Et puis au fait, de quoi parle-t-on, au juste, lorsque nous parlons de chair ? De notre condition mortelle ? De notre corps ? De nos cellules ? De la source de tous les péchés ? De l'objet de nos plus grands désirs ? Bien souvent, on parle de la chair en relation ou en opposition avec l'esprit. Mais là encore, que signifie réellement le «spirituel» ? La chair est-elle le non-spirituel ?

Les réalités les plus simples et les plus riches de notre vie sont souvent les plus méconnues. Notre chair n'est peut-être pas si familière qu'il y paraît.

Il n'y a pas de vague sans la mer, il n'y a pas d'esprit hors de la chair. Et si la chair était cette vague qui nous pousse vers l'autre rivage, lorsque nous savons bien la prendre ?

*

Une chair habitée par plus grand qu'elle

L'homme appartient à ce monde, il est fait de la glaise du sol. L'épreuve de la maladie, les atteintes à notre intégrité physique, la vieillesse, notre dépendance de la nourriture, notre besoin de la lumière du soleil, l'effet merveilleux de la nature sur nous, tout cela, et beaucoup d'autres expériences nous ont convaincus que notre corps appartient à la terre. Nous sommes fragiles, pesants, et totalement insérés dans la vie de ce monde. Mais parfois, nous pouvons également percevoir quelque chose de plus grand qui se murmure dans la matérialité humaine, dans le corps humain. Lorsque nous voyons une personne que nous aimons, ou bien alors simplement lorsque nous voyons un visage qu'on qualifierait volontiers d'«habité», il semble bien que le corps humain promet bien plus que de simples choses de la terre. Au fond, que sommes-nous réellement ? Sommes-nous de ce monde ? D'un autre monde ?

(...)