Peindre le moment pour vous cette nuit : journaux, exercices et autoportraits

Peindre le moment pour vous cette nuit : journaux, exercices et autoportraits

Quatrième de couverture

Avant, pendant et après sa découverte de L'extraordinaire «formule magique» qu'est, selon l'expression de Paul Auster / Remember, Joe Brainard produit des centaines de pages d'écritures. Peindre le moment pour vous cette nuit, Journaux, exercices et autoportraits, présente un large choix de cette production, ainsi qu'un entretien important de l'auteur avec le poète Tim Dlugos, qui lui apporte un contexte. Là où / Remember développe une forme volontiers universalisante les pages ici traduites multiplient les formes, les perspectives et les registres, afin de développer autant de «machines de perception», ou poèmes. Joe Brainard invente - invite - des assemblages protéiformes offerts à la duplication, à la combinaison, à la réappropriation, pour saisir ce qui reflue, s'anime et se dissout autour de lui. L'auteur s'autorise toutes les fantaisies conceptuelles : une philosophie de l'art et de la vie [les «Mini-essais»), des textes de voyage qui anticipent les «poèmes de métro» oulipiens ; des auto-fictions réjouissantes qui empruntent leurs personnages à la bédé («Nancy»] ; le portrait collectif d'un groupe d'amis via des traits très particuliers («Quelques faits peu connus»); des essais de didactique «pop» sur les questions capitales de la vie moderne (l'argent, la mort, l'art] ; un «Journal» de campagne devenu étude concentrée des bruits d'un lieu dessinant à leur tour un environnement vivant ; et tant d'autres, chaque texte une épiphanie dans la galaxie animée d'une vie.

Joe Brainard (1942-1994) est né à Salem dans l'Arkansas, il a grandi à Tulsa (avec Ron Padgett]. Artiste, poète et décorateur de théâtre, Joe Brainard s'installe à New York à 19 ans. Il y rejoint le groupe dit de l'École de New York des poètes et des peintres : Frank O'Hara, Ted Berrigan, John Ashbery, et Ron Padgett. L'art visuel de Brainard qui va de la peinture au collage et au dessin, est souvent situé dans l'éphémère. Brainard a publié plus d'une douzaine de livres, parmi lesquels le célèbre / Remember (1975), traduit en français par Marie Chaix, Actes Sud, (1997), Babel, [2002], qui inspira le Je me souviens de Georges Perec.

Les coups de coeur de la presse

Ce livre est recommandé par :
Eric Chevillard - Le Monde du 23 février 2017

Extrait de Peindre le moment pour vous cette nuit : journaux, exercices et autoportraits

Journal, 4-15 août

4 août - Aujourd'hui je suis allé au Musée d'Art Moderne voir les restes momifiés de l'authentique vipère avec laquelle la Reine Cléopâtre s'est tuée : très intéressant.

5 août - Aujourd'hui je suis allé au Musée d'Art Moderne étudier Excalibur, ce par quoi le Roi Arthur prouva son droit à la royauté, et boire du café dans le jardin des sculptures du musée. J'ai trouvé l'épée très inhabituelle.

6 août - Aujourd'hui j'ai réfléchi. Une vieille épée rouillée et un cadavre de serpent ? De qui se moque-t-on ? Où sont les véritables trésors d'autrefois ?

7 août - Aujourd'hui je suis allé au Metropolitan Muséum voir les véritables trésors d'autrefois. Les trésors majeurs sont très excitants. J'ai trouvé les trésors mineurs assez peu excitants.

8 août - Aujourd'hui j'ai pensé sérieusement à Excalibur et décidé que c'aurait tout aussi facilement pu être l'épée de Prince Vaillant ou même de Flash Gordon. J'ai fermement décidé qu'il s'agissait d'un trésor mineur.

9 août - Aujourd'hui j'ai décidé que les trésors mineurs n'étaient peut-être pas si mineurs que ça après tout. Aussi j'ai couru au Musée d'Art Moderne afin d'examiner sous un jour nouveau les restes momifiés de la vipère avec laquelle la Reine Cléopâtre s'est tuée mais ai découvert que l'exposition était repartie en Inde. J'en ai été si troublé que j'ai couru chez moi lire Dimanche après la guerre de Henry Miller. J'ai trouvé que c'était un écrit très excitant et majeur.

10 août - Je veux être seul.

11 août - Aujourd'hui j'ai passé le plus gros de la journée à lire Tropique du Cancer de Henry Miller. J'ai découvert que c'était encore plus majeur que Dimanche après la guerre.

12 août - Aujourd'hui étant le dimanche, et tout ça, j'ai lu les pages bandes dessinées du Journal-American. Aussi curieusement que cela puisse me paraître, j'ai plutôt apprécié. Un examen sérieux montre que Walt Disney domine avec cinq séries majeures : «Uncle Remus», «Big Red», «Donald Duck», «Mickey Mouse» et «Scamp». J'ai trouvé que «Scamp» était la plus inhabituelle et «Big Red» la plus excitante. Les pages du «Believe it or not» de Ripley déclarent à mon grand étonnement que les filles de la tribu des Fon en Afrique étaient fiancées à l'âge de six ans à des garçons de seize ans, mais qu'avant le mariage les jeunes (garçons) devaient travailler comme laboureurs pour le père de la mariée pendant huit ans ! J'ai trouvé cela très stimulant ! Il est aussi intéressant de noter que Sam Francis a une toile intitulée «Big Red», comme la série de Walt Disney. Je médite sérieusement le rapport sans obtenir de résultats concluants.

(...)