Coeur à l´ouvrage

Coeur à l´ouvrage

Quatrième de couverture

Maman, ça veut dire quoi une cardiomyopathie dilatée ?
C'est mon coeur qui a changé de forme.
Ah bon ! Et il ressemble à quoi ?
Je vais vous le dessiner.
- Ha ! on dirait une grosse courge.
Et il fonctionne quand même, ton coeur ?
Oui, bien sûr..le suis bien soignée.
- Non mais je veux dire... pour aimer ?

Alix de Roux croque d'une plume légère son quotidien, entre hôpital, écriture et vie de famille. Coeur à l'ouvrage est son premier livre.

Les coups de coeur de la presse

Ce livre est recommandé par :
Astrid de Larminat - Le Figaro du 1er juin 2017

Extrait de Coeur à l´ouvrage

Littérature

J'avais les poumons remplis d'eau. Il m'a prescrit des diurétiques.
Il dicte à son ordinateur le compte rendu du rendez-vous. Je ne l'écoute pas vraiment. Mon regard se promène autour de moi. C'est un bureau plein de couleurs, poèmes, tableaux, objets étranges. Coupes transversales du coeur.
Tout à coup, il s'arrête : «Elle a pissé abondamment.» Il me regarde. «Ça ne se dit pas trop, non ?»
Et nous cherchons des synonymes.

Plongée en eau trouble
«C'est le Docteur S. qui va vous suivre. J'ai en lui une entière confiance.»
On est samedi. Malaise. J'appelle le cardiologue sur son portable. «Je suis en train de faire des courses. J'arrive.» Consultation. Le verdict est tombé : clinique. Le cardiologue a appelé S. qui a répondu... un samedi...
Aux urgences, on m'attend. «C'est la dame !» «Ah ! c'est vous.» Branchements, piqûres, tension, température. Édouard cherche une place, une amie garde les enfants. Je suis paisible. Je parle de S. «Le Docteur S. ? Il n'est pas là.»
Dimanche. J'ai mal à la gorge. Une angine. Mais pas de S., pas d'antibio. Est-ce qu'on peut mourir d'une angine ? Parce que j'ai mal, mais vraiment mal. On attend S. Mais le docteur S. se repose. «Il sera là demain, pour la coro. - La quoi ? - La coronarographie.» Je découpe le mot, étymologie. Il s'agira de mes coronaires. Et ma gorge ? Parce que j'ai une angine !
«La coro, ça sera demain. - Quand ? - C'est très chargé, je ne peux pas dire... Fin de matinée... De toute façon, vous serez à jeun.» Suit l'explication de la coro. Une caméra dans mes artères, photographie des coronaires. «On démarre là, sur le poignet.» Y a pas plus près ? Ou plus petit ? Une caméra...
Nuit sans sommeil. La voisine aussi a un examen, je ne sais plus lequel. Elle se retourne, je me retourne. Je sens son angoisse qui se greffe à la mienne. Et si j'allais mourir ? J'ai mal. Je sonne. Un petit cachet, je ne dors pas. M'endors enfin. Réveil pour prise de sang. J'ai mal. Peu m'importe la coro, c'est la gorge. Une injection. «Ça va aller.» Je dors, enfin. «Le petit déjeuner !» me réveille. Nous réveille. «Mais on est à jeun ! - Ah bon, pardon, rendormez-vous !» Je me prépare à une attente interminable.
(...)