Des robots et des hommes : mythes, fantasmes et réalité

Des robots et des hommes : mythes, fantasmes et réalité

Quatrième de couverture

En robotique plus que dans tout autre domaine, la science-fiction a précédé la science : en 2012 la série Real Humans met en scène des robots humanoïdes dans un cercle familial. Les robots fascinent et cristallisent l'angoisse d'être un jour dominés, voire supplantés par eux. Nos peurs se nourrissent des mythes, fantasmes et fictions mais surtout d'une méconnaissance fondamentale des avancées de la technologie, la majorité des personnes ne faisant pas de différence entre les récents progrès en intelligence artificielle et la complexité d'un robot socialement intelligent. Ces peurs attisées dans les médias par le courant transhumaniste masquent malheureusement une réalité plus pragmatique : la nécessité de préparer la société à l'arrivée des robots. Si les robots apprennent seuls comme des enfants, il est souhaitable de les programmer avec des valeurs morales, des règles de vie en société et de contrôler leur apprentissage.
À partir de son expertise de chercheur en interaction homme-machine, en informatique émotionnelle et éthique, Laurence Devillers propose d'enrichir les lois d'Asimov avec 11 «commandements» éthiques pour des robots loyaux. Il s'agit avant tout de susciter des questionnements sur les robots et leur place dans la société, notamment dans les secteurs de la santé, du bien-être et de l'éducation.

Laurence Devillers est professeure d'informatique à l'université Paris-Sorbonne et chercheuse au LIMSI-CNRS. Ses domaines de recherche portent principalement sur l'interaction homme-machine, la détection des émotions, le dialogue oral, l'éthique et la robotique. Elle a participé à la rédaction du rapport «Éthique de la recherche en robotique» et anime actuellement un groupe de travail sur «Éthique et apprentissage machine» au sein de la Commission de réflexion sur l'Éthique de la recherche en sciences et technologies du numérique d'Allistene (CERNA). Elle publie régulièrement des tribunes et articles dans la presse a été nommé par l'Unesco Ambassadeur de bonne volonté, puis Envoyé spécial en juin 2014. Chroniqueur hebdomadaire à La Croix, il est l'auteur d'une oeuvre romanesque importante.

Les coups de coeur de la presse

Ce livre est recommandé par :
Céline Henne - Le Monde du 6 avril 2017

Extrait de Des robots et des hommes : mythes, fantasmes et réalité

FICTION

LILY, ma robote assistante de santé

Un robot est une machine comportant au moins trois éléments : des capteurs pour comprendre l'environnement dans lequel elle se trouve, des processeurs qui analysent les paramètres recueillis pour prendre une décision et des actionneurs qui lui permettent d'agir dans le monde réel. Certains robots sont aussi doués de la possibilité de dialoguer...

Nous sommes en 20252 à Paris, il est 8 heures très exactement, le 24 juillet.
L'odeur du café du matin flotte dans l'air. Il fait déjà 25 °C dans la pièce. La fenêtre est ouverte et le bruit de la rue monte jusqu'à mon appartement. L'air est chargé d'odeurs et de chaleur. Tiens, mon chat se balade dans la cour. Je suis au cinquième étage.
Cinq robots de la série Marvin de la société franco-japonaise ROBOTA ont été livrés en même temps dans notre immeuble parisien il y a six mois. Il y en avait un pour moi.

Dans le roman Le Guide du voyageur galactique, de Douglas Adams, MARVIN est un robot androïde doté d'un processeur aussi puissant qu'un cerveau biologique ! MARVIN a un Profil de Personnalité Authentique qui le rend capable de simuler et ressentir des émotions humaines. Dans l'histoire teintée d'un humour à la Monty Python : MARVIN est dépressif et paranoïaque ! «La vie... ne me parlez pas de la vie !» est une des premières phrases de MARVIN dans le livre.
En 2025, les robots Marvin, dont le nom est un hommage au MARVIN de Douglas Adams, sont des robots conversationnels affectifs, dotés d'une grande capacité de calcul, permettant de reconnaître et simuler des émotions mais bien moins performants qu'un cerveau biologique. Ces robots ne font qu'imiter les humains mais ils ne ressentent aucune émotion. Ils se déplacent et se rechargent tout seuls, la version que j'ai reçue est sur roulettes. Us sont aussi plus grands (1,20 mètre) que le robot MARVIN de Douglas Adams et sont programmés pour être d'humeur positive. Us ont un visage joyeux, souriant, voire enfantin.
Les robots Marvin ont été créés principalement pour assister les personnes à leur domicile : les accompagner dans les tâches de tous les jours, les prévenir et les aider en cas de problème de sécurité, surveiller leur santé et prévenir le médecin, permettre à des personnes âgées de rester plus longtemps chez elles, s'occuper des devoirs des enfants et de l'intendance des courses pour la maison.
À la commande d'achat du robot, il est possible de choisir son niveau d'adaptation à l'humain et de le personnaliser. Trois niveaux d'adaptation sont possibles. Le niveau 1 correspond à un comportement sans adaptation, le robot n'apprend rien. Au niveau 2, le robot peut apprendre certaines tâches. Enfin, au niveau 3, il peut devenir un robot compagnon en s'adaptant aux habitudes de l'humain. Les robots Marvin sont également personnalisables : ils peuvent être plus ou moins extravertis, il est possible de choisir le genre de leur voix et leur apparence : garçon ou fille (mais les Marvin ne sont pas des robots sexués), de choisir la couleur de leurs yeux et de leur peau, de leur mettre des cheveux et enfin de leur acheter toute une gamme de costumes.