Dorlotez votre intestin : 80 recettes gourmandes pour vous faire du bien

Dorlotez votre intestin : 80 recettes gourmandes pour vous faire du bien

Quatrième de couverture

80 recettes qui vous veulent du bien

Maux de ventre, ballonnements et autres troubles digestifs... Certaines personnes souffrent régulièrement de ces désagréments qui les handicapent au quotidien. A l'origine : des intolérances alimentaires ou une sensibilité intestinale accrue.

Faut-il pour autant se résigner à souffrir ? Sûrement pas ! Loin d'être une fatalité, les symptômes peuvent être atténués voire supprimés en choisissant bien ce qu'on met dans son assiette et en adoptant une hygiène de vie propice au bien-être de l'intestin.

Découvrez 80 recettes à base d'aliments faciles à digérer et choisissez celles gui conviennent le mieux à votre cas. Une signalétique simple permet de savoir d'un coup d'oeil si la recette est indiquée en cas d'intolérances au gluten, aux protéines de lait ou aux FODMAP (sucres fermentescibles].

Avec l'introduction par le Dr Florence Solsona, médecin nutritionniste.

Extrait de Dorlotez votre intestin : 80 recettes gourmandes pour vous faire du bien

Extrait de l'introduction

LES TROUBLES FONCTIONNELS INTESTINAUX

La digestion est une des fonctions principales de l'organisme. Dans la bouche, les aliments subissent une première digestion chimique (action de la salive) et mécanique (broyage par les dents). Ensuite, le «bol alimentaire» passe dans l'estomac où la digestion se poursuit, puis dans les différentes zones de l'intestin où les nutriments sont absorbés et les déchets rejetés. Pour la majorité d'entre nous, cela se fait en toute discrétion et presque à notre insu. Mais, pour certaines personnes, rien n'est simple : chaque repas est suivi de douleurs abdominales, de ballonnements, de reflux brûlants, de troubles du transit.

LES INTOLÉRANCES ALIMENTAIRES

À l'origine des troubles intestinaux, on trouve souvent des intolérances alimentaires.

Les intolérances aux produits laitiers

II existe deux sortes d'intolérances relatives aux produits laitiers : celle au lactose et celle aux protéines de lait. Le lactose est le sucre du lait. Pour le digérer, l'organisme sécrète une enzyme, la lactase. Or, en vieillissant, nous produisons de moins en moins de lactase. II est donc normal de ne plus tolérer le lait à un moment de la vie. Sa consommation, surtout le matin à jeun, peut alors provoquer des douleurs abdominales, des ballonnements ou des épisodes de diarrhées. La solution consiste à supprimer le lait En revanche, les produits dérivés du lait - fromage, beurre, crème, yaourts - peuvent être consommés, car ils sont quasiment exempts de lactose.

L'intolérance aux protéines de lait implique, en revanche, la suppression de tous les produits contenant du lait ou fabriqués à partir du lait Leur consommation entraîne, chez les personnes intolérantes, des troubles digestifs (diarrhées, constipation, douleurs abdominales, ballonnements, reflux acides), parfois également un état inflammatoire généralisé avec des douleurs articulaires et des pathologies à répétition de la sphère ORL (sinusite, rhinopharyngite...).

Pour savoir si on est intolérant aux protéines de lait il existe un dosage biologique qui recherche les anticorps anti-caséine. Cependant même si le dosage est négatif, vous pouvez avoir une intolérance. Pour la confirmer ou l'infirmer, supprimez totalement les protéines de lait (y compris le lait de chèvre et de brebis) pendant trois à quatre semaines. Sans une franche amélioration, vous n'êtes pas intolérant En revanche, si vous vous sentez vraiment mieux, faites un test de réintroduction des protéines de lait : si les symptômes reviennent vous êtes intolérant S'ils ne reviennent pas, cette amélioration n'a rien à voir avec les laitages, il s'agit d'une coïncidence.

En cas d'intolérance avérée, se pose le problème de l'apport en calcium, car il est difficile de couvrir ses apports sans produits laitiers. Consultez votre médecin : il pourra vous prescrire un complément alimentaire. Augmentez aussi la consommation d'aliments riches en calcium : amandes, sardines (avec les arêtes), choux, algues, chocolat persil, légumineuses, tofu, eaux minérales telles que l'eau d'Hépar.