Le guide de la permaculture urbaine : balcon, cour, appartement, jardin...

Le guide de la permaculture urbaine : balcon, cour, appartement, jardin...

Quatrième de couverture

Aujourd'hui, les initiatives d'agriculture urbaine se multiplient et la permaculture apparaît comme une nouvelle source d'inspiration pour imaginer la ville nourricière de demain. Véritable art de vivre, elle propose des outils pour créer des jardins productifs et repenser la place de la nature dans la cité.

Ce guide vous explique en détail comment appliquer les principes permaculturels sur votre balcon, terrasse ou toit, dans une cour, un passage et même en appartement. Les petits jardins, et plus particulièrement les jardins partagés, ne sont pas oubliés, non plus que l'élevage d'animaux - poules et canards, abeilles, poissons - qui fait partie de la démarche permaculturelle. Des témoignages de ceux qui sont déjà passés à l'acte montrent le chemin à suivre.

Vous n'avez jamais jardiné ? Ce n'est pas un obstacle ! La plupart des personnes qui découvrent la permaculture n'ont jamais mis les mains dans la terre. Elles ont simplement eu envie un jour d'adopter un mode de vie plus écologique, de manger des produits sains, d'embellir leur quotidien, de tisser du lien avec leur entourage. Et cela peut commencer aussi bien chez soi que sur un coin de trottoir ou un bout de pelouse inoccupé. Une nouvelle image de la ville se dessine, dans laquelle la nature envahit Le bitume et devient en partie comestible !

CARINE MAYO est journaliste spécialisée en environnement, auteure de plusieurs ouvrages sur l'écologie et du Guide de la permaculture au jardin, déjà paru chez terre vivante. Après avoir suivi des stages d'initiation à la permaculture, elle cultive aujourd'hui son propre jardin en permaculture.

Depuis plus de 35 ans, la Scop terre vivante édite des livres d'écologie pratique, ainsi que le magazine les 4 Saisons du jardin bio. Terre vivante a également créé des jardins écologiques en Isère, proposant des stages pratiques de jardinage bio, cuisine saine, soins naturels.... www.terrevivante.org

Extrait de Le guide de la permaculture urbaine : balcon, cour, appartement, jardin...

Introduction

En quelques années, La permaculture a connu un essor fulgurant. C'est une vague qui s'amplifie, apportant avec elle des rêves d'abondance et de retour à la terre. Mais un tel modèle est-il reproductible en ville ? Comment créer l'abondance dans un jardinet, sur un balcon ou dans son appartement ? Comment redonner vie aux pelouses, aux toits ? Alors que les initiatives d'agriculture urbaine se multiplient, la permaculture apparaît comme une nouvelle source d'inspiration pour imaginer la ville de demain, une ville nourricière, moins dépendante du pétrole. Véritable art de vivre, elle propose des outils pour créer des jardins productifs, repenser la place de la nature dans la ville et les relations entre ses habitants et la nature.

*

Une méthode de culture ?

Le mot «permaculture» suscite de nombreuses incompréhensions. Ainsi, on dit souvent de quelqu'un qui cultive sur des buttes ou qui recouvre son sol de paille, qu'il «fait de la permaculture». Or la permaculture n'est pas un ensemble de techniques. C'est plutôt une manière d'appréhender le monde qui peut s'appliquer à de nombreux domaines : le jardin, mais aussi l'habitat, l'énergie, l'éducation... Cette démarche repose sur une éthique composée de trois piliers : prendre soin de la Terre, prendre soin des humains, partager équitablement les ressources et les récoltes.

Agriculture permanente ou culture de la permanence ?

Inventé dans les années 1970 par deux Australiens, Bill Mollison et David Holmgren, le concept de permaculture est né du constat que l'agriculture conventionnelle épuisait les ressources naturelles et qu'il fallait trouver un nouveau modèle plus respectueux de la planète. Ainsi a été forgé le mot permaculture, contraction de «permanent» et de «agriculture». Mais le concept a assez vite évolué et l'on est passé de l'idée d'une «agriculture permanente», non destructrice des équilibres naturels à celle d'une «culture de la permanence», tournée vers la mise en place d'une société durable. On peut très bien «faire de la permaculture» sans jardiner. À l'inverse, si l'on veut jardiner de manière écologique, la permaculture offre une formidable boîte à outils.

Organiser l'espace

Au lieu de se focaliser sur des méthodes, la permaculture s'inspire du modèle de la nature pour aménager l'espace. Comme dans un écosystème où chaque chose a sa place et son rôle, elle s'intéresse avant tout aux interactions entre l'ensemble des éléments. C'est là sa spécificité. «Ce que la permaculture propose, c'est une observation des liens entre les choses», explique Fabian Féraux, permaculteur et designer en Belgique. Si l'on veut aménager un jardin, on va l'organiser en tenant compte du climat, de la présence de murs, de haies, des plantes qui sont déjà là, «en cherchant à densifier les interactions», précise le formateur. Ainsi, une même plante peut être source de nourriture pour les humains, mais aussi attirer les pollinisateurs et fournir de l'ombre dans un endroit trop exposé au soleil. C'est cette compréhension du fonctionnement global du système qui permet de tirer parti au mieux des ressources disponibles, sans avoir recours à des produits chimiques ou à des machines. Plutôt que d'appliquer des solutions toutes faites, on va s'adapter à son contexte et à son milieu. «Par exemple, on ne cultive pas de la même façon selon que l'on est au sol ou sur un toit», ajoute Fabian Féraux.

(...)