Les extraits de livres

Titeuf. Volume 13, A la folie !
de Zep

Zep est né en Suisse en 1967. Il s'inscrit aux Arts Déco de Genève d'où il sortira diplômé. Il publie Victor dans la presse, puis est remarqué par "Le Journal de Spirou". Après quelques albums, en 1992, il donne naissance à Titeuf par hasard, sur un carnet de croquis, alors qu'il dessine des souvenirs d'enfance ! La première planche est publiée dans un fanzine et, à sa lecture, Jean-Claude Camano des Éditions Glénat lui propose de l'éditer. C'est le début de la grande aventure de Titeuf. Le succès est croissant et devient rapidement un véritable phénomène du monde de l'édition. Plus de 20 millions d'albums de Titeuf ont été vendus, et il est traduit dans plus de 25 pays dont la Chine. En mai 2000, Titeuf fait son apparition dans les romans de la Bibliothèque Rose chez Hachette Jeunesse. En 2001, paraît Le Guide du zizi sexuel coécrit avec Hélène Bruller. Tous deux écrivent Les Minijusticiers chez Hachette Jeunesse en 2003, dont Zep supervise également l'adaptation en série animée qui est diffusée sur TF1. Zep a également illustré la même année un livret pédagogique pour Handicap International et réalisé un carnet de 68 pages pour l'album Chansons pour les pieds de Jean-Jacques Goldman. Zep a collaboré à Sol En Si en réalisant la pochette et les illustrations du livret du disque Sol En Cirque. En janvier 2004, il reçoit le Grand Prix de la Ville d'Angoulême le récompensant pour l'ensemble de sa carrière. Il publie dans la même année Le Monde de Zep, une invitation à pénétrer dans son univers, à parcourir sa - déjà si complète - vie d'artiste. Il a été le Président du Festival d'Angoulême en 2005. Zep a démarré en 2004, une collaboration avec Tebo sur la série Captain Biceps, qui est toujours en cours. Il a contribué activement à la réalisation de la série animée diffusé sur France 3. Il renouvelle cette collaboration en 2008 avec la parution de Comment dessiner ? Il s'associe également en 2008 avec Stan et Vince pour le lancement de Chronokids, les aventures de deux enfants capables de remonter le temps : en 2011, pour le tome 3, la série a reçu le prix de la meilleure série jeunesse au Festival International de la BD d'Angoulême. C'est lui qui a dirigé la réalisation de l'adaptation cinématographique de Titeuf, sur les écrans en avril 2011. On retrouve tout l'univers de l'auteur sur son site internet : www.zeporama.com.

Bref, ils ont besoin d'un orthophoniste
de Gaëlle Pingault

Pas facile à avaler Il regarde la table. Belle-maman s'est surpassée. Décoration parfaite et pléthore de plats. Il y a de quoi nourrir un régiment. Ça tombe bien, la famille entière est réunie. Sa femme a trois frères, ils ont tous des enfants. Ça fait du peuple. C'est Noël. Il avale sa salive. Les gosses sont en train de deviser à l'étage. Les filles doivent se raconter leurs trouvailles de filles. Séries télé à la mode. Coiffures. Fringues. Mecs. Les gars doivent échanger leurs trucs de gars. Le dernier jeu vidéo qui déchire tout. Le dernier album de métal. Les meufs. Couru d'avance. Mais il les connait. Ça cause sûrement aussi écologie et justice sociale. Politique. Économie. Monde à refaire, à penser autrement. Ils ne le disent pas avec ces mots-là. Mais ils cogitent sur le sujet. Leurs grands enfants sont chouettes. Il détaille le buffet. Connaissant belle-maman, elle ne s'est pas fournie chez Leclerc. Pas le genre. Chaque bouchée va être un délice. Il aime sa belle-mère. Tant pis pour les clichés. Sa mère à lui le gonfle. Sa belle-mère est un bonheur. Il traine un peu à l'écart. La pièce est grande. Là-bas, ça papote et ça s'embrasse. Tout le monde est arrivé presque en même temps. Les enfants sont montés directement. Les adultes sont plus lents à s'installer. Marie a encore son manteau sur le bras. Bernard n'a pas posé son sac de cadeaux. Martine parle avec deux de ses belles-soeurs en même temps. Joyeuse ruche des retrouvailles de fin d'année. Bref. Il est heureux. C'est con à dire. Ça fait des années qu'il prétend détester Noël. Il ne sait même plus si c'est vrai, ou juste une posture. Ça l'amuse. Mais là, c'est Noël, et il est heureux. Il a craint de ne pas assister à ce moment. Le mot cancer n'est jamais agréable à entendre. Surtout quand on parle de vous. Martine l'appelle : - Chéri, tu boudes ? Il répond : - Non. J'inspecte la table. Je suis inquiet. Je pense qu'on va manquer. Éclat de rire. Simone relance : - Pierre, méfie-toi. Si tu te moques trop, je t'attache à ta chaise. Tu ne repartiras qu'une fois que tu auras fini tous les plats. Re-éclat de rire général. Sauf lui et Martine. Eux, ils savent. Un flottement dans leur regard. Puis ils sourient quand même. C'est la fête. Pour eux aussi.