Les extraits de livres

Quatre clefs pour la santé : lymphatique, sanguin, bilieux, nerveux, qui suis-je vraiment ?
de Dominick Léaud-Zachoval

1 LES TEMPÉRAMENTS À TRAVERS L'HISTOIRE Depuis les temps les plus reculés, l'homme observe son environnement et prend conscience des éléments qui l'entourent : l'eau, présente dès le début de la vie et dont il est principalement constitué, la terre nourricière indispensable à sa survie, le feu qui le réchauffe et l'air qu'il respire. Au-delà de l'élément manifesté, tangible, c'est aussi sa nature subtile qu'il ressent. Ainsi le principe Eau, mobile, adaptable, froid, génère l'humide, le liquide. Le principe Terre, solide, sec produit la matière dense, le minéral. Le principe Air, volatil, instable est à l'origine du mouvement, de l'action. Enfin le principe Feu, chaud, produit de l'énergie, engendre la force. En Inde, la médecine ayurvédique, une des plus anciennes qui nous soit encore connue, s'appuie sur les éléments afin de comprendre le fonctionnement humain. Elle distingue trois tempéraments, doshas, dont la nature est constituée de la combinaison des cinq éléments : Vata composé des éléments air et éther, Pitta composé des éléments feu et eau et Kapha composé des éléments terre et eau. Le déséquilibre de ces tempéraments entraîne l'apparition de la maladie. La tradition taoïste repose sur la théorie des cinq éléments et des cinq mouvements. La médecine traditionnelle chinoise considère que chaque élément s'exprime à travers le comportement d'un individu, parfois de façon excessive ou parfois insuffisamment, déterminant ainsi son tempérament. La médecine arabe, à son apogée au cours des XIVe et XVe siècles dans tout le bassin méditerranéen, reprit les enseignements d'Hippocrate et de Galien. Cette médecine dont le rayonnement fut immense d'Hispahan à Cordoue fit sienne la théorie des humeurs et des tempéraments. Un manuel de médecine arabe datant du XVe siècle nous dit : «La première humeur est la bile. Elle dérive du feu qui est le produit de la chaleur et de la sécheresse. La bile réside dans le corps de l'homme, près du foie, dans la vésicule du fiel. La deuxième humeur est le sang. Elle dérive de l'air qui est dû à la combinaison de la chaleur avec l'humidité. Son siège, chez l'homme, est le foie. La troisième humeur, la pituite [ou lymphe, ouphlegme], dérive de l'eau qui a été créée par la combinaison du froid et de l'humidité. Elle réside dans les poumons. La quatrième humeur, l'atrabile [ou bile noire], dérive de la terre, qui est un composé du froid et de la sécheresse. Elle occupe la rate. Ces quatre humeurs constituent les matériaux du corps ; elles déterminent son état de bien-être ou de malaise.» L'Antiquité grecque, par la richesse de sa philosophie, jeta les bases d'une pensée et d'une conception nouvelle du monde qui influença durablement notre civilisation européenne. La Grèce antique fut un carrefour important entre plusieurs civilisations. L'Extrême-Orient, Sumer, l'Égypte influencèrent indéniablement la pensée grecque. On sait peu de la médecine des anciens Égyptiens, mais certains traités, ainsi que des tablettes sumériennes attestent d'une médecine structurée autour de croyances, qualifiées de magiques ou de religieuses, selon lesquelles le cosmos et les éléments influençaient l'homme. (...)

Million dollar marathon
de Philip Maffetone

I. Xi L'aube se levait lentement sur les hautes terres de la région frontalière entre le Tibet et le Népal. De timides lueurs, invisibles depuis les vallées, teintaient déjà les sommets enneigés de l'Himalaya. Mais la caresse des premiers vrais rayons de soleil n'était encore qu'une lointaine promesse. Les étoiles brillaient toujours du même éclat et seuls ceux dont les yeux étaient habitués à l'obscurité savaient qu'elle se dissiperait bientôt. S'il en avait été capable, Xi aurait tout fait pour empêcher le jour de se lever. Sachant depuis le départ que ce serait la partie la plus difficile du voyage, il espérait l'aborder au milieu de la nuit, pas à l'aube. Rester caché jusqu'au lendemain était impossible. D'ici là, son absence serait remarquée au village. On se demanderait pourquoi il n'avait pas ramené son troupeau des alpages. Personne ne restait aussi longtemps seul en montagne. Quelqu'un irait bientôt à sa recherche et, une fois ses bêtes retrouvées, il ne faudrait pas longtemps pour qu'on comprenne où le berger était parti. La plupart n'y prêteraient guère attention et beaucoup lui souhaiteraient bonne chance, mais il y en aurait toujours un pour le dénoncer par intérêt. L'alerte serait alors donnée à la frontière, ce qui réduirait considérablement ses chances de la franchir. Peut-être quelqu'un était-il parti à sa recherche dès hier et son absence avait-elle déjà été signalée. Dans ce cas, il espérait que personne ne pourrait imaginer qu'il avait couvert une telle distance en si peu de temps. Demain, les gardes-frontières seraient à sa recherche. De nuit, il pouvait encore les prendre de vitesse. D'aussi loin qu'il s'en souvenait, Xi avait toujours arpenté la montagne en marchant, en courant ou en grimpant. Jamais pourtant il n'avait eu de raison d'aller si haut. Son souffle était certes plus court que d'habitude, mais l'effort était loin d'être pénible. Il pouvait tenir pendant des heures à un tel rythme. Il l'avait fait tant de fois, pieds nus à travers les pâturages où ses moutons étaient désormais livrés à eux-mêmes. Si on lui demandait pourquoi il les avaient laissés, il dirait qu'il était parti à la recherche de prédateurs, comme le lui avait appris son grand-père, qui tenait lui-même cette technique de plusieurs générations de bergers. Il cherchait souvent des prédateurs, mais ceux-ci étaient devenus bien rares dans le Tibet moderne. La plupart du temps, il courait par simple goût de l'effort... et pour se préparer à cette fuite qui allait bientôt le conduire à la liberté ou à sa perte. Des années plus tôt, au cours d'une de ses rares visites en ville, un marchand de chaussures le voyant pieds nus l'avait convaincu en le couvrant de honte d'en acheter une paire, qui était censée lui permettre d'aller plus loin, de courir plus vite. C'étaient d'étranges chaussures bariolées sorties des chaînes d'une lointaine usine de Shanghai, de Tianjin ou de Shenzhen. Xi ne se chaussait que pour éviter les gelures et préférait alors les mocassins. Non seulement ces chaussures lui avaient coûté trop cher, mais elles lui meurtrissaient les pieds et le faisaient boiter quand il courait. Bref, il était venu au monde pieds nus et entendait bien finir sa vie ainsi. Il espérait juste que cette fin ne surviendrait pas trop tôt, par exemple sous les balles des gardes-frontières. (...)

Beauté du corps, beauté de l'esprit : les 6 piliers qui nous conduisent à un équilibre parfait : beauté totale
de Deepak Chopra, Kimberly Snyder

La beauté éclatante : quand votre vie se transforme «Vous êtes une fleur sauvage, d'une beauté inégalable. En chaque âme se trouve l'empreinte unique de la grâce divine. Aucun être au monde ne vous ressemble trait pour trait. Vous pouvez en être fier, à juste titre !» Paramahansa Yogananda Voici une scène qui se répète des milliers de fois par jour en Occident. Peut-être même vous concerne-t-elle directement. Deux femmes se sont arrêtées au rayon des produits cosmétiques d'un grand magasin. Elles sont attirées par une vendeuse qui porte le tout dernier fond de teint miracle ou la toute dernière crème pour la peau. Ou alors, elles se sont entraperçues dans un miroir à maquillage situé en début de rayon. L'une d'entre elles a 23 ans, elle est dans la fleur de l'âge. Mais en se voyant dans le miroir, elle fronce les sourcils. Elle se trouve mal coiffée ; c'est peut-être la faute du visagiste qu'elle est récemment allée voir pour la première fois. Sa peau lui paraît terne et depuis qu'elle lit chaque semaine des journaux à sensation, elle remet en question la finesse de ses cils et la petitesse de son cou, qui n'ont rien d'une star. En soupirant, la jeune femme s'assied et demande à essayer de nouveaux produits. De toute façon, pour elle, c'est un jeu et en quelques minutes seulement, elle a pris plaisir à essayer plusieurs produits à la mode. L'autre femme est perchée sur un tabouret, non loin de là. Elle a la quarantaine passée et observe du coin de l'oeil la jeune femme, qu'elle envie. Elle a la fraîcheur de sa jeunesse, les années ne l'ont pas encore rattrapée. En se regardant dans le miroir, la quadragénaire aperçoit le moindre défaut réel ou imaginaire, la moindre ride qui commence à apparaître. Elle doit faire des efforts pour paraître acceptable, sans parler d'être belle. Il lui faut une multitude de produits pour se sentir en sécurité. Cette scène, nous souhaitons l'abolir de votre vie et de la vie de toute femme, quel que soit son âge, qui donne de son temps, de son énergie et de ses émotions dans sa quête de la beauté. Nous voulons que votre apparence ne vous procure plus jamais de sentiment d'insécurité. La plupart des femmes ont besoin de se sentir désirables et dignes d'être aimées pour se trouver belles. Nous voulons mettre fin à tout sentiment d'insécurité à ce sujet également. La beauté, l'amour et le charme sont des traits que vous possédez naturellement. Nous vous le promettons. Un beau chemin vous attend, qui vous permettra de retrouver votre beauté naturelle et de raviver la flamme qui brille en chaque enfant, mais qui s'est ternie au fil des années. Ce n'est pas votre beauté qui s'est estompée, car elle sera toujours votre droit de naissance, mais votre optimisme, votre confiance et votre maîtrise. Ce livre vous montrera comment les retrouver, comment retrouver votre éclat naturel pour le reste de vos jours. Qu'est-ce que la beauté ? Le chemin qui vous ramènera à la beauté éclatante commence par une question fondamentale : qu'est-ce que la beauté ? À notre sens, il est essentiel d'en proposer une nouvelle définition; la société est prête. La beauté n'est pas un phénomène inconnu. À de nombreux égards, elle nous obsède. Au quotidien, on tombe forcément à un moment ou à un autre sur le mot «beauté». Dans votre pharmacie, vous trouverez des rayons chargés de produits censés renforcer votre beauté. De même, il existe d'innombrables magazines et sites Internet dédiés à la beauté, qui prétendent nous apprendre différentes techniques pour perdre du poids, comment choisir le rouge à lèvres parfait, comment avoir le regard charbonneux des célébrités ou comment imiter les dernières tendances en matière de coupe de cheveux. Ainsi, si l'on prend du recul sur notre culture, on s'aperçoit que le concept de beauté semble capital. Mais qu'est-ce exactement que la beauté et qu'évoque ce mot pour vous ? (...)

Les secrets de l'art perdu de la prière
de Gregg Braden

Extrait de l'introduction Il y a quatre cents ans, dans les plateaux élevés du Sud-ouest américain, les gardiens de la grande sagesse des familles Navajo ont été mis à l'épreuve par la terre, la nature, et les tribus environnantes. À cause des situations extrêmes que la sécheresse, la chaleur intense et la disette ont créées dans leur société, les Navajos se sont rendu compte qu'ils devaient harnacher la puissance de leur souffrance intérieure pour endurer les rudes conditions de leur monde extérieur. C'était ce qu'il leur fallait apprendre pour survivre. Reconnaissant que les épreuves de la vie les avaient poussés dans les profondeurs de leurs plus grandes souffrances, ils ont aussi découvert que les mêmes épreuves leur avaient révélé leurs plus grandes forces. Pour assurer leur survie, ils ont dû se plonger dans les défis de la vie, sans se perdre dans ces expériences. Il leur a fallu trouver un «point d'ancrage» en eux-mêmes - une croyance qui leur procurait la force intérieure nécessaire pour endurer leurs épreuves - ainsi que l'assurance de jours meilleurs. De ce lieu de pouvoir, ils ont acquis la confiance nécessaire pour prendre des risques, transformer leur vie, et donner un sens à leur univers. De nos jours, nos vies ne sont peut-être pas si différentes de celles de ces braves individus qui ont parcouru les hauts plateaux désertiques du Sud-ouest américain, plusieurs siècles avant la création de notre pays. Même si le paysage s'est modifié, et que les circonstances ont changé, nous nous trouvons encore dans des situations qui ébranlent les fondations de nos croyances, éprouvent les limites de nos sensibilités, et nous mettent au défi de nous élever au-dessus de ce qui nous blesse. Dans un monde que beaucoup décrivent comme «battant de l'aile», ponctué par des actes insensés de haine, un nombre record de relations ratées, des foyers brisés, et des conditions qui menacent la survie de sociétés entières, nous devons relever le défi de trouver un moyen de vivre chaque jour dans la paix, la joie, et le sens de l'ordre. Avec une éloquence caractéristique de la sagesse ancienne, les traditions Navajo décrivent une façon de voir la vie qui place la responsabilité de notre bonheur ou de notre souffrance entièrement sur nos épaules. Une prière a été préservée sous le vocable de Prière de la beauté ; le choix exact des termes varie de document à document, et de récit à récit ; néanmoins, il est possible de communiquer l'essence de cette prière en trois lignes concises. En seulement 20 mots, les Anciens Navajos communiquent une sagesse raffinée, nous rappelant le lien entre nos univers intérieur et extérieur, rapport que la science moderne n'a reconnu que tout récemment. Cette prière est composée de trois concepts ; chaque phrase présentant une vision de notre pouvoir de modifier la chimie de notre corps pour influencer les possibilités quantiques de notre monde. Dans leur forme la plus simple, les paroles de la prière parlent d'elles-mêmes. Les Navahos disent «Nizho-nigoo bil iina», des mots qui se traduisent de près par : La beauté avec laquelle tu vis, La beauté par laquelle tu vis, La beauté sur laquelle tu fondes ta vie.

La cuisine sportive : recettes et conseils pour ceux qui aiment la vie sportive
de Cinzia Trenchi

HARICOTS BORLOTTI Frais en été dans les salades et les soupes froides, et secs et mis à tremper, ils représentent l'un des piliers de l'alimentation pauvre. Ils reviennent en vogue grâce à la richesse de leurs valeurs nutritives et leur capacité d'interagir positivement sur notre bien-être. Riche en potassium, calcium, fer et phosphore, ils sont une ressource importante pour les sportifs et les enfants, indiquée en cas de constipation grâce à la présence de fibres alimentaires. Ils contiennent beaucoup de vitamines : A, C et celles du groupe B Les haricots développent 104 calories s'ils sont frais et 330 s'ils sont secs tous les 100 g. POIS CHICHES Les pois chiches sont riches en protéines, amidons, graisses, vitamines B et E, parfaits pour compléter un régime pauvre en protéines animales. Les graines de la plante herbacée Cicer arietinum, de la famille des légumes secs sont une excellente ressource pour l'alimentation des adultes et des enfants. Succulents pour les crèmes, les soupes, les salades ou hachés en farine, transformés en fougasse et galettes. Leur bouillon est utile pour favoriser la diurèse. Les sels minéraux présents sont le calcium, le potassium, le phosphore, le zinc. RIZ COMPLET Le riz complet est un aliment équilibré indiqué dans tous les régimes, mais surtout adapté à tous ceux qui ont un intestin paresseux et qui ont besoin d'un aliment digeste et riche en fibres. Les grains complets, riches en vitamines et minéraux, sont particulièrement appropriés pour ceux qui choisissent une alimentation sans protéines et sans dérivés d'origine animale. Il se prête à la préparation de tout type de plat et maintient une consistance agréable s'il est cuit comme un risotto, mais il est également parfait dans les gâteaux sucrés et salés, les croquettes, les bouillons et soupes.