Les extraits de livres

Enquêtomania : 16 énigmes à résoudre
de Valérie Sansonnet

Le dictionnaire Larousse junior, 7-11 ans, CE-CM
de Collectif

Gourmandises insolites ! : confitures, chutneys, moutardes, sirops... : 60 recettes originales aux plantes sauvages et du jardin
de Sylvie Fouquet, Sylvie Hampikian

Introduction Ce livre est né de la rencontre de deux Sylvie, la Sylvie des villes et la Sylvie des champs. Le cadre de cette rencontre : le village de Saint-Robert, aux confins de la Corrèze et de la Dordogne, avec, pour toile de fond, l'amour des plantes et des «bonnes choses de la nature». La Sylvie des champs est née dans un potiron. C'est en rencontrant les femmes de la campagne périgourdine et en recueillant leurs secrets qu'elle a eu l'idée d'associer les fruits et légumes de son jardin avec les plantes sauvages qui poussent autour de son «repaire», blotti au fond d'une vallée verdoyante. La Sylvie des villes est née entre les pages d'un livre. Curieuse, elle a mis son museau dans les grimoires de la Sylvie des champs, les a classés, rangés, et n'a pas pu s'empêcher d'y ajouter ses petits commentaires. Venue du sud de la Corrèze, Virginie les a rejointes pour illustrer, avec talent et poésie, cet ouvrage fleurant bon la campagne. Cet ouvrage vous propose plus de 60 recettes des quatre saisons : confitures, vinaigres, moutardes, thés parfumés et autres douceurs sucrées et salées. Leur point commun : tirer parti des trésors du potager et même des «déchets». Sans oublier de jeter des ponts entre ces plantes cultivées et les sauvageonnes poussant au-delà des clôtures pour des résultats gourmands et généreux et pourtant souvent très économiques ! Il s'agit pour la plupart de produits se conservant longtemps, qui feront d'excellentes idées cadeaux pour des paniers garnis faits maison et 100 % originaux. Avant de commencer, voici des conseils pour réussir vos préparations et bien les employer. ° Confitures et gelées : les proportions sont données pour des pots de 250 g environ. Sauf précision particulière, les confitures se réalisent avec du sucre blanc cristal, bio de préférence (pas de «sucre à confiture» avec gélifiant ajouté). Pour les gelées, pensez à congeler vos restes de pommes bio (coeurs et pelures), car ils vous serviront toute l'année de gélifiant naturel. Évitez cependant de garder les trognons des pommes croquées à pleines dents. Étiquetez chaque pot avec la date de fabrication. Ceci est vrai pour toutes les préparations de l'ouvrage se conservant. ° Sirops : les proportions sont données pour 1/2 litre. Une fois ouverts, ces sirops ne se conservent que 8-10 jours au réfrigérateur, jusqu'à 1 mois pour les deux dernières recettes. ° Thés : nous ne donnons pas les quantités d'ingrédients, mais seulement les proportions à respecter. À vous de juger, sur la base de votre consommation habituelle de thé, la quantité à préparer pour 6 mois ou 1 an. Pour profiter de vos thés parfumés, préparez-les en infusion (1 cuillerée à café par tasse), en laissant infuser 3 à 5 minutes dans de l'eau portée préalablement à frémissement. ° Chutneys : ces condiments aigres-doux d'origine indienne accompagnent aussi bien les viandes, les volailles, le foie gras que les fromages ou certains légumes un peu fades. Ils peuvent aussi être servis à l'apéro, pour y tremper des bâtonnets de légumes. Dans toutes les recettes de chutneys données dans l'ouvrage, on peut ajouter, en début de cuisson, 1 oignon émincé (ou bien 2 ou 3 échalotes), même s'ils ne sont pas cités dans les ingrédients. On peut aussi remplacer le sucre de canne standard par du complet (type rapadura) au goût plus prononcé. Les chutneys se marieront très bien avec les mélanges sucrés-salés tout en apportant leur saveur incomparable. Tous les chutneys se conservent 1 mois au réfrigérateur une fois ouverts. ° Moutardes : choisissez une bonne moutarde de base, à l'ancienne ou moulue, plus ou moins forte selon votre goût. Vous pouvez aussi préparer votre pâte avec de la farine de moutarde, de l'eau bouillante et du vinaigre. Les adeptes du 100 % home made peuvent même cultiver leur moutarde (voir l'encadré «Cultiver les épices : c'est possible !» page 72). Il faudra alors récolter les grains, les faire sécher et les passer au moulin pour obtenir la farine. ° Vinaigres : n'hésitez pas à alterner, voire mélanger, ces vinaigres parfumés, pour varier les goûts et les plaisirs de vos salades ou crudités. Les vinaigres aromatisés sont également excellents pour déglacer les sucs de cuisson des viandes.

J'ai bien fait ?
de Pauline Sales

1 En Seine-Saint-Denis, banlieue parisienne, dans l'atelier de Paul qui lui sert aussi de chez-lui. Amas de traversins pour un nouveau projet sans doute. Dehors il fait nuit, la fin d'un hiver un peu trop doux, presque suspect. Valentine vient d'arriver, encore en manteau, embarrassée. VALENTINE. - Je trouvais ça un peu stupide de dépenser de l'argent dans un hôtel PAUL. - Bien sûr VALENTINE. - Et puis on se voit rarement PAUL. - Oui VALENTINE. - Mais enfin je ne voudrais pas que ça te gêne PAUL. - Mais pas du tout VALENTINE. - Il est horriblement tard PAUL. - C'est bien tombé VALENTINE. - Normalement je n'ai que ta messagerie PAUL. - Là j'ai répondu VALENTINE. - J'étais gênée PAUL. - Pourquoi ? VALENTINE. - Je ne sais pas PAUL. - C'est ridicule VALENTINE. - D'entendre ta voix. J'ai failli raccrocher PAUL. - Ne sois pas compliquée VALENTINE. - En plus tu étais occupé PAUL. - J'étais avec quelqu'un VALENTINE. - Tu veux que je fasse à manger ? PAUL. - Non. Tu as faim ? VALENTINE. - Je suis la reine de la cuisine de placard. C'est ce que disent les enfants PAUL. - On va sortir VALENTINE. - C'est la fête ! PAUL. - Ça n'a pas l'air VALENTINE. - Je suis moche ? Paul. - Est-ce que j'ai dit ça ? VALENTINE. - Où sont les toilettes ? Je peux l'emprunter du Sopalin ? PAUL. - Ça ne va pas ? C'est quoi ? Du sang ? Tu saignes ? Tu t'es blessée ? VALENTINE. - Ça va très bien PAUL. - Les enfants vont bien ? VALENTINE. - Ce ne sont plus des enfants PAUL. - Ils vont bien ? VALENTINE. - Oui oui. Et Sven aussi PAUL. - Bon VALENTINE. - J'ai meilleure mine ? PAUL. - Je n'ai jamais dit ça VALENTINE. - Quoi ? PAUL. - Que tu étais moche VALENTINE. - Tu ne me trouves pas heureuse ? PAUL. - Il m'a semblé que quelque chose n'allait pas (...)

Face à Médée
de François Cervantès

HAYET. - Là-bas, devant la mer, il y a un monde fou Ils viennent pour un mariage Un grand mariage Depuis ce matin, les gens arrivent Un grondement se mêle au bruit de la mer Anna a un mouvement vif. CATHERINE. - C'est une cérémonie impressionnante Le parvis de l'église donne sur une immense place au coeur de la ville HAYET. - La foule n'arrête pas de grossir Elle recouvre tout, on ne voit plus le sol CATHERINE. - L'église est déjà pleine, les portes sont fermées, les gens ne pourront pas entrer HAYET. - Mais ils vont participer à la fête : jeter des fleurs, applaudir CATHERINE. - Des Rolls sont garées sur les trottoirs HAYET. - Oui CATHERINE. - Des limousines déposent des personnages en grande tenue HAYET. - Des femmes extravagantes CATHERINE. - Des chefs d'État, des photographes, des gardes du corps, des ministres, le maire, le premier secrétaire, des hommes d'affaires, des diplomates, des acteurs, des actrices, des journalistes, des romanciers, des poètes HAYET. - Des scientifiques, des neurochirurgiens, un explorateur de l'Arctique, des pilotes, des athlètes, des banquiers, des ethnologues, des historiens, des militaires, des fonctionnaires, des religieux, des flics, des voyous, des trafiquants, des marchands d'armes, des marchands d'or CATHERINE. - Des libraires, des professeurs d'université, des juges, des avocats, des magistrats, des urbanistes, des industriels, des prostituées, des petits commerçants, des linguistes, des infirmières, des astronomes HAYET. - Des boxeurs, des chevaliers de la Légion d'honneur, des chevaliers des Arts et des Lettres, des bacheliers, des groupes scolaires, des éducateurs, des marins, des pêcheurs, des dealers, des serveurs, des pique-assiette, des hommes à tout faire, des chômeurs, des transsexuels, des coiffeurs, des jumeaux, des boulangers, des alcooliques CATHERINE. - Il y a même des morts ANNA. - Ah bon ? CATHERINE. - Oui. J'ai aperçu mon père qui se tient contre une grille (...)